Le projet éducatif en marche

C’est l’un des dossiers phare du gouvernement Germain : la mise en œuvre du projet éducatif calédonien. Mis en route en 2010, le projet est longtemps resté dans les cartons, mais sa création s’impose aujourd’hui à tous.

Le président du gouvernement y consacre d’ailleurs tout un paragraphe dans sa déclaration de politique générale.

« La philosophie du projet éducatif, explique-t-il, ses objectifs et sa méthodologie ont été présentés et bien accueillis par les partenaires. La démarche de co-élaboration adoptée associera tous ceux qui participent à l’œuvre éducative : parents, jeunes, éducateurs, institutions éducatives, politiques et coutumières, associations, car chacun est porteur d’un message éducatif utile. L’étape actuelle consiste à définir les actions à mener. Une charte scellera les engagements pris. Elle sera soumise à l’approbation du congrès, des assemblées de province et des conseils municipaux. Elle devra ensuite être déclinée par chaque collectivité dans ses domaines de compétences. Un observatoire de la réussite éducative sera la vigie de l’avancement du projet ».

Les lignes sont donc tracées et le travail avance. De nombreuses réunions ont déjà eu lieu, animées par le membre du gouvernement en charge du secteur, André-Jean Léopold. Ce dernier a même effectué des déplacements sur le terrain à Koné et Lifou pour expliquer sa démarche et le but recherché par l’instauration de ce projet éducatif.

Des lettres de cadrage ont été adressées à tout le personnel des premiers et seconds degrés afin d’expliquer en quoi doit consister ce projet éducatif, qui servira de socle à une véritable école calédonienne. L’action du gouvernement en la matière suit d’ailleurs une vraie logique puisque dès le mois de mars dernier, André-Jean Léopold avait adressé au personnel de l’enseignement un document de six pages qui développait les grandes orientations à prendre : lutter contre les effets des inégalités sociales, accorder une plus large place aux cultures et langues dont sont porteurs nos enfants et enfin construire un socle de valeurs civiques et morales partagées.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur