Fête de l’igname nouvelle à Canala

À Canala, les autorités politiques et administratives de la Nouvelle-Calédonie ont été invitées à prendre part à la fête de l’igname nouvelle.

À cette occasion, le président du gouvernement Philippe Germain a souligné l’importance de se retrouver.

« Cette fête est indissociable de la société kanak, mais je veux dire que parce que nous sommes ici en Nouvelle-Calédonie, qu’elle nous concerne tous. Nous ne pouvons plus être étrangers à ce qui touche l’autre et à ce qui fait sa vie.  Cela aide à mieux se comprendre et ainsi à travailler et à cheminer ensemble ».

Lors de cette fête, les responsables coutumiers, en particulier le président du Sénat coutumier Jean Kays, ont émis l’idée qu’une fête nationale de l’igname nouvelle soit instaurée. Elle serait accueillie tour à tour par chacune des huit aires coutumières.

Le thème de cette édition 2015 était l’unité et le partage, l’occasion pour le président du gouvernement de donner sa vision des choses :

« L’Unité bien sûr, celle dont le peuple calédonien a besoin, mais qui pourtant demeure fragile. L’unité, ça ne se décrète pas, ça se construit patiemment et réclame bien des efforts. Mais l’unité doit avoir un sens et un but. L’unité à laquelle nous aspirons, c’est celle qui permet l’échange et le respect, c’est ce qui doit nous permettre, quelles que soient nos convictions, d’aborder la période à venir en paix et avec la volonté sincère d’aboutir à un avenir partagé ».

En conclusion de son discours, Philippe Germain a insisté sur la symbolique de l’igname nouvelle :

« L’igname nouvelle marque un renouveau, comme une renaissance ou un nouveau départ. Permettez-moi de voir dans ce jour incontournable pour la société et la culture kanak, un peu de ce que vit la Nouvelle-Calédonie aujourd’hui. Nous sommes en effet, tous ensemble, à un moment important de notre histoire et sans doute nous aussi avons besoin de renouveau pour aborder les temps qui s’ouvrent à nous ».

 

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur