Exporter autre chose que du nickel

L’économie calédonienne dépend trop du « tout-nickel », secteur qui ne parvient pas à maintenir l’équilibre de notre balance commerciale dont le déficit se creuse un peu plus chaque année.

Exporter des biens et des services hors des produits issus du nickel est l’une des voies possibles pour résoudre cette dépendance. L’exportation est également une opportunité pour élargir le marché des entreprises calédoniennes. La dernière étude de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) montre que 17 % des entreprises industrielles le font déjà ou veulent s’engager dans cette démarche.

Le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a donc lancé un groupe de travail en janvier 2015, qui réunit ses services ainsi que des représentants du monde de l’entreprise. Il a pour mission de définir les contours d’une stratégie à l’exportation.

Six réunions se sont tenues depuis janvier. Elles ont permis de dresser un état des lieux des freins et des leviers à l’exportation, d’identifier les secteurs et les marchés à fort potentiel et enfin de proposer un programme d’action.

Sur la base du rapport attendu fin juin, le gouvernement proposera une stratégie de soutien à l’exportation.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur