Démenti concernant le voyage du vice-président au séminaire régional du Comité des 24

Du 19 au 21 mai 2015, Jean-Louis d’Anglebermes, vice-président du Gouvernement, a assisté au séminaire du comité spécial de la décolonisation auprès des Nations Unies qui s’est tenu au Nicaragua. Ce déplacement a fait l’objet d’attaques infondées sur des blogs.

Dans le cadre du Comité des 24 et du droit de communication de l’ONU sur l’avancée du processus de décolonisation, le vice-président s’est rendu à Managua, au Nicaragua. Lors de cette visite officielle, le représentant du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a prononcé un discours devant le comité. Comme il est d’usage lors de ce type de mission, Jean-Louis d’Anglebermes était accompagné d’un collaborateur afin d’assurer la partie administrative du déplacement.

Les attaques publiées sur Internet ont porté sur les dépenses occasionnées pour ce voyage. Ainsi, les contributeurs des blogs ont avancé la somme de 4 000 000 F CFP, alors que le montant des billets d’avion facturés par l’agence Pacifique Lagon est de 1 315 945 F CFP pour le vice-président et de 293 558 F CFP pour sa collaboratrice, Marjorie Ehnyimane. De plus, le billet électronique de cette dernière stipule bien un voyage en classe économique, alors qu’elle aurait pu bénéficier de la classe affaires, comme le prévoit la délibération 66/CP du 17 novembre 2008, relative aux indemnités de frais alloués aux agents dans le cadre de l’exercice de leur fonction, et qui précise les conditions de déplacement et de prise en charge du trajet :

« les déplacements d’une durée inférieure ou égale à dix jours, délais de vol compris, peuvent être pris en charge sur un tarif de la classe immédiatement supérieure à la plus économique lorsque le temps de vol est égal ou supérieur à douze heures, délais de transit non compris. »

Pour se rendre à Managua, la durée de vol était de 27 heures, soit plus de 32 heures de voyage pour une présence au séminaire de 72 heures. Le membre du Gouvernement a participé à toutes les réunions prévues. (Voir agenda du séminaire).

Enfin, une dernière allégation portant sur la vie privée de ces deux personnes est elle aussi infondée.

Considérant que les communications publiées sur ces blogs relèvent de la diffamation, M. d’Anglebermes et Melle Ehnyimane ont décidé de porter plainte contre X, de demander un droit de réponse et que l’identité du(des) contributeur(s) soit rendue publique.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur