Hélène Iekawé, nouveau membre du Gouvernement

André-Jean Léopold a démissionné « pour raisons personnelles » de son poste de membre du gouvernement en charge de l’Enseignement. Hélène Iekawé le remplace depuis le 3 juin.

Hélène Iekawé, membre du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie depuis le 3 juin, prendra en charge ce mercredi le secteur de l’enseignement. L’attribution officielle de ce secteur, qui comprend également le suivi des questions relatives à l’enseignement supérieur et à la recherche et la mise en place du service civique, sera en effet décidée lors de la prochaine séance du gouvernement. Placée juste derrière André-Jean Léopold sur la liste du groupe Calédonie Ensemble, Hélène Iekawé lui succède tout naturellement.

«Obligé d’arrêter pour raisons personnelles», « Léo » a cessé ses fonctions mardi 2 juin, après une année passée à ce poste. Il se mettra le temps nécessaire à la disposition de celle qu’il connaît bien, les deux élus ayant souvent collaboré sur le Projet éducatif porté par le gouvernement.
Il est nécessaire que ce projet, qui fait partie des défis à relever mentionnés dans la déclaration de politique générale du président Germain, aboutisse, malgré la rigueur budgétaire a insisté André-Jean Léopold. «Il est bien avancé, même si vous avez encore du travail sur la planche», a-t-il glissé à celle qui doit le remplacer. Pour cela, Hélène Iekawé pourra compter sur «une équipe riche de compétences et de l’expérience du terrain» qui devrait assurer la continuité.

Un certain nombre de thématiques, déjà soulevées lors du Grand débat sur l’avenir de l’École, ont été arrêtées : le rôle des langues et de la culture kanak, l’insuffisance du nombre d’élèves à avoir acquis les fondamentaux au sortir du primaire, les difficultés récurrentes à accrocher au collège, l’illettrisme… Elles seront prochainement adressées aux différents partenaires (collectivités, Sénat coutumier, organismes, associations de parents d’élèves…) et, le cas échéant, amendées en fonction des observations formulées, avant d’être déposées sur le bureau du Congrès, vraisemblablement début 2016. Tout comme les dispositions relatives au service civique qui, selon André-Jean Léopold, «représente lui aussi un enjeu extrêmement important à ne pas dissocier de l’enjeu éducatif».

Les mandats précédents d’Hélène Iekawé :
– Mai 2014-juin 2015 : présidente de la commission de l’Enseignement privé (Province Sud)
– Avril 2013-mai 2014 : chargée de l’Enseignement privé et de la coordination du Projet éducatif (gouvernement)
– 2011-2014 : membre du gouvernement
– 2009-2011 : présidente de la commission de l’Enseignement et de la Culture (Congrès)
– 2004-2009 : présidente des commissions de l’Enseignement privé, de la Culture et de la Condition féminine (Province Sud)

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur