ContraKmine persiste et ne signe pas

Ce jeudi soir, après onze heures d’échanges fructueux, Philippe Germain, Wilfried Maï, Max Foucher et Xavier Gravelat s’apprêtaient enfin à signer, en présence du haut commissaire, un protocole d’accord destiné à mettre un terme au conflit des rouleurs. Et puis…

Et puis, vers 20 h 30, ContraKmine a quitté la table des négociations, souhaitant d’abord consulter sa base, procédure n’ayant pas été précisée au début des discussions. « Nous leur avons indiqué que pour notre part nous étions disposés à signer ce protocole et leur avons demandé qu’ils nous contactent dès qu’ils seraient prêts à en faire autant, précise le président du gouvernement. Nous avons attendu jusqu’à minuit, mais personne ne nous a rappelés ».
Soumis par le Syndicat des exportateurs de minerai (SEM), en accord avec ContraKmine, à Philippe Germain et Jean-Louis d’Anglebermes, le protocole avait pour principal objectif de définir les procédures d’instruction de demandes d’exportations (hors normes). Il stipulait ainsi que le gouvernement consulterait le CCEM* (pour le Japon) et soumettrait les requêtes relatives au marché chinois la semaine prochaine aux membres du GTPS**, « en vue de trouver une solution de compromis ».
Le protocole d’accord répondait également point par point aux différentes revendications des rouleurs en reprenant les engagements déjà formulés par le gouvernement, comme associer l’ensemble de la profession à l’élaboration de la stratégie minière du pays.
Grande absente de ce protocole, en revanche, la proposition émise par Philippe Germain de mettre en place un accord interprofessionnel destiné à améliorer les conditions de travail et de rémunération des rouleurs, que les mineurs ont rejetée.
Ce matin, alors que les dirigeants de Contrakmine tentaient de faire croire que le président du gouvernement les avait « abandonnés » à leur sort en refusant de signer le protocole, Philippe Germain a réitéré sa détermination à signer le protocole d’accord, dès lors que ContraKmine et le SEM seront disposés à en faire de même. « Si j’ai passé de très longues heures depuis le début du conflit, et encore toute la journée d’hier, sur ce dossier, alors que le gouvernement en a de nombreux autres à traiter, tout aussi importants, ce n’est pas pour refuser aujourd’hui de signer ! Où serait notre intérêt ? »

* Comité consultatif des exportations de minerai
** Groupe de travail des présidents d’exécutifs (gouvernement, Congrès, provinces) et signataires de l’Accord de Nouméa

Quatorze autour de la table

Les négociations marathon de ce jeudi réunissaient, outre le haut-commissaire Vincent Bouvier, le président du gouvernement Philippe Germain et son vice-président Jean-Louis d’Anglebermes, le directeur de la Dimenc Didier Le Moine, les mineurs Louis Ballande, Georges Montagnat, Jérôme Fabre, directeur général de la SLN, et Didier Ventura, directeur général de NMC, le président du SEM Xavier Gravelat, et les président et vice-président de ContraKmine, Wilfried Maï et Max Foucher, accompagnés de trois autres rouleurs.

Téléchargez l’intégralité du protocole d’accord en cliquant sur le lien ci-dessous :
2015.08.21 Protocole d’accord

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur