La Calédonie en passe d’être intégrée au Forum

Le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Philippe Germain, et le président de la Polynésie française, Édouard Fritch.
Le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et le président de la Polynésie française Édouard Fritch

 

Le Forum des Îles du Pacifique (FIP) s’est achevé vendredi 11 septembre à Port Moresby. L’organisation régionale s’est engagée à modifier ses statuts afin de pouvoir intégrer la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française.

Les 16 États et territoires réunis au sein du FIP ont pris la décision d’ouvrir la voie à la Nouvelle-Calédonie et à la Polynésie française en acceptant de réviser, dès cette année, les critères d’adhésion des nouveaux membres et ainsi, pouvoir intégrer des territoires autonomes, mais non indépendants. Le dernier obstacle à l’adhésion pleine et entière de la Nouvelle-Calédonie au Forum, demandée depuis 2009, serait donc ainsi levé. Philippe Germain, le président du gouvernement, a plaidé pour cette candidature dans son discours prononcé en ouverture de la session plénière de ce 46e sommet, ainsi qu’à l’occasion de rencontres bilatérales avec plusieurs chefs de gouvernement et des ministres de la région, notamment du Vanuatu, Niue, Tuvalu, Îles Cook, Îles Salomon, Nouvelle-Zélande et Australie. En passant de membre associé à membre à part entière, la Nouvelle-Calédonie pourrait ainsi participer pleinement aux décisions du Forum des Îles du Pacifique qui est l’une des principales organisations de la région en charge de questions politiques, économiques, culturelles et environnementales.

Nouer des relations

Lors de ce sommet, Philippe Germain a également multiplié les échanges intéressants pour le pays. Ainsi, une prochaine rencontre avec Murray McCully, le ministre des Affaires étrangères de Nouvelle-Zélande, a été convenue pour travailler sur un accord bilatéral autour du renforcement des relations politiques et du développement d’échanges commerciaux et touristiques. Il a notamment présenté l’intérêt aux délégations néo-zélandaises et australiennes d’établir des ententes avec des entreprises locales capables de produire certains de leurs produits tout en assurant la distribution d’autres, ceci pour préserver le tissu industriel de la Nouvelle-Calédonie fort pourvoyeur d’emplois. Avec son homologue polynésien, Édouard Fritch, le président calédonien s’est entendu afin d’organiser une à deux rencontres annuelles pour travailler sur des dossiers partagés comme la politique d’intégration régionale, la promotion des exportations ou encore la francophonie.

Sommet France-Océanie en novembre

Conformément à l’engagement pris par le Premier ministre Manuel Valls auprès de Philippe Germain lors de leur rencontre en juin dernier à Paris, le Président de la République a annoncé la tenue du sommet France-Océanie les 25 et 26 novembre. La ministre des Outre-mer a relayé cette invitation dans sa déclaration post-forum à Port Moresby. Au cours d’un bref entretien avec George Pau-Langevin, le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a voulu sensibiliser la ministre sur l’importance de la France dans le Pacifique. Dans cette perspective, Philippe Germain a souhaité que la COP 21, précédée du sommet France-Océanie, soit une occasion pour la France de donner toute leur place aux États et territoires du Pacifique dans les dispositifs qui en émergeront.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur