Marchés publics en ligne

marcherpublic
Dans le cadre du Plan stratégique pour l’économie numérique (PSEN), la dématérialisation des consultations et appels d’offre des marchés publics deviendra obligatoire pour toutes les collectivités début 2016. Initiée il y a deux ans par le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, la plate-forme www.marchespublics.nc a vocation à devenir, à cette date, celle de tous les services publics du pays.

Le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie s’est résolument engagé dans un plan global de modernisation et de simplification, afin d’améliorer les relations entre administration et usagers. Faciliter l’accès aux informations et permettre une meilleure réactivité des directions, services et établissements publics du pays, grâce à l’emploi de procédures dématérialisées, constitue en ce sens un véritable levier vers cette ambition. La dématérialisation correspond, en substance, au remplacement des supports d’informations matériels (souvent en papier) par des fichiers informatiques.

Dès 2012, la direction des Affaires administratives de la Nouvelle-Calédonie portait un projet de dématérialisation qui s’est concrétisé par la mise en ligne de la plate-forme www.marchespublics.nc. Hébergée sur www.service-public.nc, guichet unique instauré en début d’année 2015, celle-ci offre la possibilité de parcourir les annonces d’information, de consultation, d’attribution, de s’inscrire gratuitement à un service de veille de marchés publics (alerte email pour informer automatiquement les entreprises des nouveaux appels d’offre et consultations), de télécharger les dossiers de consultation des entreprises (DCE), de déposer son dossier de réponse sous format électronique directement sur la plate-forme sans avoir à se déplacer, ou encore d’échanger par voie électronique.

La Ville de Nouméa, l’OPT, le CHT, la Province des Îles…

À l’arrivée, des démarches simplifiées (centralisation des offres) pour les entreprises, plus rapides et plus efficaces, sécurisées, moins coûteuses (économie de papier, d’impression et de frais postaux) et plus respectueuses de l’environnement.

Aujourd’hui réservée aux appels d’offre et consultations de la Nouvelle-Calédonie, www.marchespublics.nc entend devenir la plate-forme de tous les services publics du pays à partir du début de l’année 2016. Si la Province Nord a choisi de développer sa propre plate-forme, la Ville de Nouméa, l’OPT-NC, le CHT, la Province des Îles Loyauté et de nombreuses autres collectivités ou établissements publics ont d’ores et déjà exprimé leur souhait d’y adhérer pour diffuser leurs propres appels d’offre et consultations.

Après un premier semestre de gratuité, le service deviendra payant pour les collectivités et les établissements publics, afin de mutualiser les frais de fonctionnement de la plate-forme.

Calendrier prévisionnel

– 1er au 15 octobre : présentation de la plate-forme aux collectivités

– 1er au 15 novembre : formation des administrateurs et création des profils

– 15 au 30 novembre : formation des agents de la Nouvelle-Calédonie et des collectivités territoriales

– début 2016 : lancement de la plate-forme. Pendant un an, les entreprises auront encore la possibilité d’adresser leurs réponses en format papier ou numérique.

– début 2017 : réponses aux appels d’offre uniquement sous format numérique

Service-public.nc

Une première étape a été franchie en tout début d’année avec la mise en ligne du guichet unique numérique www.service-public.nc, dont l’objectif principal est de simplifier, d’orienter et de faciliter les démarches administratives des usagers, particuliers ou professionnels, issus du public ou du privé. Ce portail numérique permet d’accéder à l’ensemble des télé-services des collectivités et administrations du territoire en matière de santé, d’état civil, de fiscalité ou encore d’emploi (informations sur les démarches, documents téléchargeables, réalisation de démarches à distance…). Preuve de la volonté du gouvernement et de l’ensemble des collectivités publiques de répondre au plus près aux besoins des usagers, il constitue une ouverture vers une administration électronique 2.0.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur