Service militaire adapté, des liens renforcés

Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie renouvelle sa collaboration avec le Régiment du Service militaire adapté pour la formation et l’insertion professionnelle des jeunes en difficulté, en y introduisant un nouveau volet, celui de la sécurité civile. Ces dispositions ont fait l’objet de deux conventions signées ce mardi, entre les partenaires, dans les locaux du RSMA à Nouméa.

Avec 70 % de jeunes qui parviennent à s’insérer dont 30 % de manière durable, le RSMA apparaît comme un acteur de premier plan en Nouvelle-Calédonie en matière d’accès à la formation et à l’emploi. Mais, comme l’a rappelé le haut-commissaire Vincent Bouvier, la fonction de ce service de l’État implique de « travailler en étroite collaboration avec les institutions calédoniennes pour répondre au mieux aux besoins du marché du travail ».

Maintien de l’aide financière

Pour le président du gouvernement Philippe Germain, le RSMA « permet à des jeunes en situation d’échec de prendre un nouveau départ dans la vie ». En leur redonnant accès à des savoirs de base et en leur ouvrant un panorama de métiers par secteurs d’activités, il prépare ces jeunes à intégrer les formations professionnelles qualifiantes mises en place par le gouvernement. C’est pourquoi, malgré un contexte budgétaire difficile, la Nouvelle-Calédonie maintient sa participation à ce dispositif à hauteur de 22 millions de francs, comme en 2014.

IMGP9648

Formations de sapeurs-pompiers plus cohérentes

Compétente en matière de sécurité civile, la Nouvelle-Calédonie a également décidé de collaborer avec le RSMA en vue d’uniformiser la formation dispensée aux douze stagiaires de la filière des sapeurs-pompiers volontaires. « Les formateurs de la Direction de la sécurité civile et de la gestion des risques viendront soutenir ceux du RSMA dans le cadre de formations communes, et des manœuvres collectives seront organisées afin de créer une culture partagée en matière de sécurité incendie », explique Éric Backès, directeur de la DSCGR. « L’intérêt pour le RSMA est de bénéficier des supports pédagogiques de la direction et de la reconnaissance des diplômes délivrés », ajoute le commandant Fabien Paul, directeur du recrutement, de la formation et de l’insertion.

La nouveauté de ce partenariat réside enfin dans la volonté de faciliter l’intégration des jeunes issus du RSMA dans l’unité d’intervention de la DSCGR comme sapeurs-pompiers volontaires. « Cette collaboration étroite n’est que les prémices d’un partenariat encore plus soutenu », affirme Philippe Germain, évoquant le concours que pourrait apporter le RSMA dans le cadre de la mise en place du Service civique calédonien porté par le gouvernement.

IMGP9663

La montée en puissance du RSMA

Dans sa déclaration de politique générale, Philippe Germain avait annoncé « qu’il sera proposé à l’État le renforcement progressif du régiment du service militaire adapté ». Celui-ci a déjà doublé ses effectifs qui sont passés de 250 volontaires en 2010 à plus de 500 l’an dernier, avec un objectif de 600 stagiaires d’ici 2017. Le vice-président du gouvernement Jean-Louis d’Anglebermes, en charge notamment de la formation professionnelle, est revenu sur le chemin parcouru depuis l’implantation du RSMA il y a trente ans en Nouvelle-Calédonie et sur « l’image de marque de ce dispositif auprès des entreprises ». Pour les jeunes recrues, appartenir au régiment est également « une fierté que nous ressentons pendant les défilés », glisse David-Emmanuel Manuopuava, 19 ans, stagiaire en hôtellerie-restauration au centre de Koumac.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur