Un concours pour la sécurité routière

À l’occasion des Rencontres de la sécurité le 2 octobre, les jeunes lauréats du concours scolaire « La route et moi » ont reçu leur prix en présence des membres du gouvernement Hélène Iékawé et Cynthia Ligeard. Organisée par la DENC, cette action conforte l’éducation à la sécurité routière comme un enseignement à part entière.

« La route et moi… C’est pour la vie ! » est le beau slogan de l’affiche imaginée par la classe de CM2 de l’école La Rizière, gagnante du concours. Lina, une des élèves, nous éclaire : « Nous avons voulu dire que la route, ce n’est pas la mort, au contraire si tout le monde fait attention. » L’établissement du Mont-Dore, très inspiré, a aussi obtenu le premier prix dans la catégorie « support audiovisuel » avec une vidéo réalisée par la classe de CE1. La remise des récompenses s’est déroulée sur le stand du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie dédié à la sécurité routière et animé toute la journée par des agents du bureau de l’éducation routière de la DITTT.

Les classes lauréates ont reçu des vélos en guise de récompense.
Les classes lauréates ont reçu des vélos en guise de récompense.

Sensibilisation

Initiée par la direction de l’Enseignement de la Nouvelle-Calédonie (DENC), la première édition du concours « La route et moi » s’adressait aux écoles primaires et aux classes de 6ème. « L’objectif est de proposer des actions concrètes permettant de mettre en application les connaissances dans le cadre de l’éducation à la sécurité routière », explique Christophe Delessert, conseiller pédagogique à la DENC chargé de l’enseignement de la sécurité routière à l’école. L’opération devrait être renouvelée l’année prochaine. En plus de l’acquisition de connaissances, le concours a permis aux enseignantes de La Rizière d’aborder le sujet avec leurs élèves lors de débats. « Ce qui ressort de ce travail, c’est qu’ils vont essayer de transmettre un message à leurs parents », affirme Nathalie Boniface, la maîtresse de CE1. L’éducation à la sécurité routière est une nécessite sociale. « Il s’agit de sensibiliser les élèves dès le plus jeune âge au comportement en tant qu’usager de la route si l’on veut avoir plus tard des adultes responsables », rappelle Hélène Iékawé, membre du gouvernement en charge de l’enseignement.

Sur le terrain

Cynthia Ligeard, en charge de la sécurité routière, a salué le message positif porté par les élèves dans leurs créations. « Elles pourraient être utilisées dans des campagnes. Les enfants doivent devenir des prescripteurs de sécurité pour leurs parents. » Au regard du nombre important de victimes de la route chaque année, la prévention routière constitue un enjeu territorial majeur. « L’école est un vecteur de transmission indispensable, mais il ne doit pas être le seul », a conclu le membre du gouvernement qui compte multiplier la présence d’un stand dédié à la sécurité routière sur les événements publics.

Sur le stand dédié à la sécurité routière, une piste a permis aux enfants de s'initier de manière ludique au code de la route. Une salle de projection et un parcours de sensibilisation aux effets de l’alcool étaient également proposés au public.
Sur le stand dédié à la sécurité routière, une piste a permis aux enfants de s’initier de manière ludique au code de la route. Une salle de projection et un parcours de sensibilisation aux effets de l’alcool étaient également proposés au public.

DSC_0362

Sensations fortes avec le Grimp

Les Rencontres de la sécurité 2015 étaient organisées par le Haut-Commissariat de la République sur le thème « Mieux se connaître ». Le public a pu rencontrer les personnes qui œuvrent pour notre sécurité au quotidien ou dans des situations exceptionnelles comme les 13 agents opérationnels du nouveau Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux (Grimp 988) de la direction de la Sécurité civile et de la gestion des risques (DSCGR). « Avec le développement des sports de pleine nature et de la Nouvelle-Calédonie en général, cette unité d’intervention était devenue indispensable », souligne Christophe Baumann, chef du service opérations et gestion de crises à la DSCGR. Le Grimp a effectué sa première mission le 26 septembre dernier en secourant un homme tombé dans un ravin à Yaté. Aux Rencontres de la sécurité, l’équipe s’est illustrée par l’installation d’une tyrolienne sur le toit de la gare maritime plébiscitée par les visiteurs.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur