L’Inde au Forum francophone du Pacifique

Bernard Deladrière, membre du gouvernement, aux côtés des invités du 8e Forum du Pacifique : Éric-Normand Thiebault, délégué régional de l’OIF, et Raghunath Manet accompagné par deux danseuses de sa troupe.

Organisée par le Centre de rencontres et d’échanges internationaux du Pacifique (Creipac), sous l’égide du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, la 8e édition du Forum francophone du Pacifique a lieu du 15 au 17 octobre. Ce regroupement d’acteurs qui œuvrent pour le rayonnement de la francophonie est aussi l’occasion pour le grand public de découvrir l’univers du chorégraphe et danseur indien Raghunath Manet, invité d’honneur de la manifestation.

En 2014, l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) recensait 274 millions de locuteurs de langue française dans le monde dont seulement 1 % dans la zone Asie-Pacifique. Le développement de la francophonie en Océanie offre de nombreuses perspectives et la Nouvelle-Calédonie s’est positionnée depuis 2008 dans cette dynamique en créant notamment le Forum francophone du Pacifique. Cette manifestation rassemble de nombreuses Alliances françaises de la région – 21 cette année venant d’Australie, du Japon ou encore du Vanuatu – et permet d’organiser des ateliers de travail avec les acteurs locaux de la francophonie que sont le Creipac, l’Université de la Nouvelle-Calédonie et l’association de défense et de promotion de l’utilisation de la langue française, l’Alliance Champlain.

Plus proche de l’OIF

Pour la deuxième année consécutive, le délégué régional de l’OIF participait au Forum. « C’est important car notre volonté est de nous rapprocher de cet organisme pour mener des actions concrètes », souligne Bernard Deladrière, membre du gouvernement en charge notamment des questions relatives à la francophonie. L’objectif est que la Nouvelle-Calédonie obtienne à terme un statut d’observateur ou de membre associé au sein de l’organisation internationale dont la vocation est de promouvoir la langue française et la diversité linguistique, mais aussi d’appuyer l’éducation, la formation, l’enseignement supérieur et la recherche. Son représentant d’origine québécoise, Éric-Normand Thiebault, a salué l’activité de la francophonie dans le Pacifique qui se traduit selon lui « par une mosaïque humaine et une multiplicité culturelle ».

Un parfum de Pondichéry

Le Forum francophone du Pacifique a encore reculé les frontières en accueillant cette année l’alliance française de Pondichéry, tandis que son invité d’honneur, le célèbre danseur, chorégraphe et musicien Raghunath Manet, est lui-même originaire de cette ville du sud-est de l’Inde. Une mise en avant qui s’explique de plusieurs manières selon M. Deladrière : « Il y a eu près de 300 ans de présence française en Inde. La francophonie y est encore très vivante avec des alliances françaises dans toutes les grandes villes. Et en Nouvelle-Calédonie, de nombreuses familles ont des origines indiennes ». La participation de ce pays asiatique au Forum démontre que le monde francophone est bien un immense espace de mobilité offrant de multiples opportunités de rencontres.

Le Québécois Éric-Normand Thiebault, délégué régional de l’Organisation internationale de la francophonie.
Le Québécois Éric-Normand Thiebault, délégué régional de l’Organisation internationale de la francophonie.

Un passeur de culture

Le spectacle Pondichéry de Raghunath Manet se jouera à guichets fermés ce vendredi au Conservatoire de musique et de danse. C’est la deuxième prestation de l’artiste indien en Calédonie. Cet habitué des grandes scènes internationales, qui a beaucoup travaillé en France, a gardé un lien très fort avec son lieu de naissance. « J’ai toujours peur que Pondichéry soit oublié, précise-t-il. Notre travail est très important pour entretenir la francophonie. L’art unit les peuples et permet de voyager à travers les cultures ».

Étudier le français en Nouvelle-Calédonie

Le Centre de rencontres et d’échanges internationaux du Pacifique a été créé en 1980 afin de promouvoir la francophonie dans la zone Pacifique. Situé à proximité du campus universitaire de Nouville, l’établissement public dispense des cours de français langue étrangère (FLE) aux étudiants, quel que soit leur âge ou leur niveau de français, et organise des séjours en immersion complète avec logement dans des familles d’accueil. En 2014, le Creipac a reçu 992 stagiaires issus entre autres d’Australie, Nouvelle-Zélande, Asie, Europe, États-Unis. Un des objectifs du Forum est de permettre au centre, et à son partenaire l’UNC, d’établir de nouveaux liens avec les pays de la zone, afin d’augmenter le nombre de stagiaires venant en Nouvelle-Calédonie pour recevoir des formations en langue française.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur