Détruire pour mieux reconstruire

tours

Ce dimanche, à 11 heures, quatre tours de Saint-Quentin seront détruites simultanément. Cette démolition spectaculaire, orchestrée par la Société immobilière de Nouvelle-Calédonie (SIC), constitue une étape décisive dans la concrétisation du projet de rénovation urbaine du quartier.

« 7 000 personnes sont en attente d’un toit dans le Grand Nouméa. La problématique du logement est un véritable défi pour la Nouvelle-Calédonie. C’est une nécessité pour les Calédoniens et une condition essentielle pour la construction d’un pays », a rappelé le président du gouvernement Philippe Germain lors de la conférence de presse organisée par la SIC. Cet enjeu majeur est symbolisé par le projet de rénovation de Saint-Quentin auquel la Nouvelle-Calédonie apporte tout son soutien. À commencer pour la démolition des tours « qui représentent ce que l’on ne veut plus faire », insiste Philippe Michel, président de la province Sud et de la SIC. Le gouvernement, ainsi que la province, participent à hauteur de 300 millions de francs à l’opération dont le coût total est d’environ 1,1 milliard de francs. Treize mois de travaux préparatoires ont été nécessaires, notamment pour le désamiantage réalisé par des entreprises locales. « Une destruction est toujours un moment poignant pour un constructeur, mais cela veut dire qu’un projet se met en place derrière », souligne Louis-Jacques Vaillant, le directeur de la Société immobilière. Et celui du quartier de Saint-Quentin constitue une première à bien des niveaux.

Philippe Michel, président de la province Sud, Philippe Germain, président du gouvernement et Louis-Jacques Vaillant, directeur de la SIC.
© SIC/Marc Le Chélard – Philippe Michel, président de la province Sud, Philippe Germain, président du gouvernement et Louis-Jacques Vaillant, directeur de la SIC.

« Saint-Quentin change »

Pour Philippe Germain, il s’agit d’un véritable projet Pays. « D’abord par son intérêt économique – 30 milliards de travaux – et toute l’activité qu’il va générer. Ensuite, c’est un bel exemple de prise en compte des attentes de la population. Une autre approche du développement urbain se met en place, qui intègre dès le départ une dimension environnementale, ainsi que la question des transports », a souligné le président du gouvernement évoquant le futur passage du Néobus au cœur du quartier situé à la croisée de Nouméa, du Mont-Dore et de Dumbéa. Le projet « Saint-Quentin change » repose sur un partenariat fort entre la SIC, l’État, la Nouvelle-Calédonie, la province Sud et les communes. Une dynamique que les présidents du gouvernement et de la province Sud souhaitent voir se poursuivre.

Zoom sur la démolition

Dimanche 8 novembre à 11 heures précises, les techniciens spécialisés des sociétés métropolitaines DSD Démolition et 4D Systems déclencheront les charges explosives qui provoqueront l’effondrement contrôlé de quatre des six tours du quartier de Saint-Quentin encore debout. À noter qu’entre 10 h et midi, les routes de Yahoué et de Jacques Iékawé seront fermées à la circulation au niveau du périmètre de sécurité mis en place autour du quartier. Afin de limiter la dispersion trop importante de poussière, 240 piscines de 1 m3 ont été disposées autour et dans les bâtiments afin de créer un mur d’eau pendant la destruction. Les 24 000 tonnes de gravats générées seront évacuées en quelques mois sur la zone d’endigage de Koutio Kouéta.

La rénovation de Saint-Quentin en chiffres

17 hectares de superficie
7 tours à démolir
12 ans de travaux
2 600 emplois générés
800 logements neufs et réhabilités (dont 56 % de logements aidés)
2 400 habitants

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur