Les stations-service à la peine

station service

Les gérants de station-service disent rencontrer des difficultés avec les groupes pétroliers. Le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a décidé d’apporter une attention particulière à ce dossier.

Sociétés pétrolières et exploitants de station-service sont liés par des contrats de location-gérance qui sont, par nature, déséquilibrés. Le Groupement professionnel des gérants de station-service (GPGSSNC) et la CGPME dénoncent des pratiques très contraignantes de la part des trois groupes pétroliers présents en Nouvelle-Calédonie.

Des difficultés à plusieurs niveaux

Les mesures prises par les pétroliers mettent souvent en difficulté les gérants de stations-service. Ces difficultés s’observent à plusieurs niveaux. Dans le cadre des contrats tout d’abord qui maintiennent les gérants dans une situation trop précaire. Dans le cadre des pratiques des groupes pétroliers ensuite qui leur imposent des contraintes supplémentaires dans l’exercice quotidien de leur activité. Par exemple, les gérants doivent supporter les dépassements de délais des travaux de mise aux normes des stations-services (récupération des vapeurs d’essence) sans indemnités compensatoires significatives. De même, les pétroliers ont tendance à répercuter les augmentations de taxes qui les impactent directement sur les exploitants par divers biais. Le GPGSSNC a ainsi évoqué la récente hausse de la taxe sur les produits pétroliers (TPP) pour le financement du Néobus qui devait uniquement impacter les pétroliers.

Privilégier la voie du dialogue

Dans ce contexte, le président du gouvernement Philippe Germain a décidé d’adresser un courrier aux groupes pétroliers pour leur dire l’attention qu’il porte à ce dossier. Parallèlement, les services juridiques de la Nouvelle-Calédonie vont étudier les contrats de location-gérance et des contrôles seront effectués pour mieux comprendre les difficultés. Le plus important est de maintenir la voie du dialogue. Les travaux sur la compétitivité des filières, en l’occurrence ceux de la filière automobile, menés actuellement par le gouvernement offrent l’opportunité de réunir l’ensemble des acteurs autour de la table. Par ce biais, le gouvernement souhaite que pétroliers et gérants mènent un véritable travail collaboratif afin de déboucher sur la signature d’un accord interprofessionnel qui permettra d’améliorer la qualité des relations commerciales dans l’intérêt de tous les acteurs, tout en améliorant le service rendu au client final

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur