L’interprofession fruits et légumes est lancée

fruit et legume

L’acte de naissance de l’Interprofession fruits et légumes a été signé le 5 novembre au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie par l’ensemble des acteurs de la filière. Mieux gérer les productions, faire baisser les prix avec en ligne de mire, la satisfaction des besoins des consommateurs, tels sont les objectifs de l’association.

La signature des statuts de l’Interprofession fruits et légumes de Nouvelle-Calédonie (Ifel) par ses seize membres s’est déroulée en présence de Philippe Germain qui a rappelé le rôle de « cheville ouvrière » du gouvernement dans ce regroupement. Pour l’exécutif, il s’agit de l’aboutissement d’un travail intense mené depuis juillet 2015, impliquant près de 40 acteurs du secteur, et qui concrétise les démarches engagées sur le thème de la compétitivité.

DSC_0050-ok
Les signataires de l’interprofession ont été réunis au gouvernement.

Vers des accords interprofessionnels

Du champ à l’assiette, l’association est le reflet complet de la chaîne incluant les producteurs, les grossistes, les distributeurs, mais aussi les transformateurs et les restaurateurs. Qualifiée de « baptême du feu » par le président du gouvernement, la préparation de la saison chaude est la première problématique à laquelle l’interprofession va s’attaquer. En travaillant de concert et en amont, les professionnels veulent établir des prévisions de productions afin d’éviter les pénuries, garantir des prix acceptables et trouver un équilibre entre production locale et importations. À plus long terme, l’ambition de l’association est d’aboutir à des accords interprofessionnels qui prendront en compte tous les acteurs de la filière et permettront d’approvisionner le marché en quantité, avec des produits de qualité et à des prix justes. L’idée est aussi de promouvoir les fruits et légumes auprès des Calédoniens.
Le gouvernement apportera « son soutien à l’interprofession pour qu’elle vive et serve l’intérêt général du pays, de ses acteurs et des consommateurs », a indiqué Philippe Germain. « Atteindre l’autosuffisance alimentaire et faire baisser les prix font partie de nos objectifs. Nous souhaitons relever ce défi avec vous », a ajouté le président du gouvernement.

Composition

Les organisations professionnelles suivantes sont représentées au sein de l’Interprofession fruits et légumes : la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles de Nouvelle-Calédonie (Fnsea-NC), le Réseau professionnel pour une agriculture innovante et responsable (Repair), l’association Arbofruits, l’association Biocalédonia et la Coopérative d’utilisation de matériel agricole (Cuma) de Pouembout pour la partie production ; la Fédération des industries de Nouvelle-Calédonie (Finc), le Syndicat des importateurs et distributeurs de Nouvelle- Calédonie, le Syndicat des importateurs-grossistes en fruits et légumes de Nouvelle-Calédonie et la restauration hors domicile.
DSC_0059-ok

Ils l’ont dit…

« La création de l’interprofession est une véritable avancée pour la production locale. Le challenge est de proposer des produits de qualité en permanence aux consommateurs. » (Didier Perrard, président de la Fnsea-NC)

« Nos discussions doivent continuer à se dérouler dans cet état d’esprit cordial et constructif. » (Jean-Christophe Niautou, président de Repair)

« Avec l’interprofession, le bio est pris en compte. Notre objectif est d’atteindre des volumes suffisamment importants pour répondre à la demande. » (Sylviane Chevaux, vice-présidente de Biocalédonia)

« Les transformateurs ont un rôle important à jouer notamment dans l’écoulement des produits qui ne peuvent pas aller directement aux consommateurs. » (Henry Calonne, Finc)

« Nous comptons sur l’interprofession pour que notre rôle soit reconnu. » (Corinne Panné, syndicat des importateurs-grossistes en fruits et légumes)

« C’est une bonne chose que les restaurateurs soient associés pour faire remonter l’expérience en bout de chaîne. » (Raphaël Quilici pour la restauration hors domicile)

« Un de nos objectifs est de remettre les fruits et légumes au cœur de la consommation des Calédoniens. » (Guy Le Pape, syndicat des importateurs et distributeurs)

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur