Forte mobilisation pour le tourisme

tourism

Les provinces et le gouvernement fédèrent leur énergie pour dynamiser le tourisme. Les travaux qui viennent d’être lancés vont mobiliser acteurs institutionnels et professionnels du tourisme pendant plusieurs mois.

Directeurs d’hôtels, représentants de compagnies aériennes et d’agences de voyages, agents d’offices de tourisme… Les professionnels conviés au lancement des ateliers du tourisme ont répondu nombreux le 10 novembre dans l’auditorium de la province Sud. « Plus que jamais, quand la crise du nickel nous rappelle au combien nous sommes vulnérables, la Nouvelle-Calédonie doit saisir l’opportunité du développement touristique », a lancé le président du gouvernement Philippe Germain qui a parlé de mettre en œuvre une « stratégie pays ». Un plan de développement touristique concerté a été élaboré en 2005 à l’issue des assises du tourisme. Aujourd’hui, les collectivités sont d’accord pour « en faire le bilan et l’actualiser », comme l’a indiqué Philippe Michel, président de la province Sud. En dix ans, certaines des recommandations ont été suivies et de grands projets ont vu le jour comme le Sheraton de Deva, rendu possible grâce aux dispositifs de défiscalisation locale et nationale. Mais il est plus que jamais nécessaire de « lever le doute qui a toujours existé face au tourisme pour lui donner la place qu’il mérite », a insisté le député Philippe Gomès.

Un secteur de poids

5 500 salariés, 25 milliards de valeur ajoutée, plus de 115 000 touristes hors croisiéristes et 433 touchers de paquebots cette année. L’enjeu de l’industrie touristique est de taille. Les ateliers du tourisme doivent aboutir à de nouvelles orientations stratégiques qui seront déclinées en plans d’actions. Les travaux débutent dès la semaine prochaine pour une restitution en mai 2016. Le gouvernement a son rôle à jouer dans la réflexion et œuvre déjà à travers son dispositif de défiscalisation et l’amélioration de la desserte aérienne. Une négociation est menée pour doubler les rotations avec la Nouvelle-Zélande. Afin de toucher le marché chinois, Philippe Germain a saisi le ministre des Affaires étrangères pour que la Nouvelle-Calédonie devienne une destination touristique agréée. Ce statut permettra de faciliter les procédures d’obtention des visas de courts séjours, actuellement rédhibitoires pour les touristes chinois qui souhaitent venir en vacances chez nous. Bernard Deladrière, membre du gouvernement, est aussi impliqué en tant que président du conseil d’administration d’Aircalin dans le renouvellement de la flotte qui ouvre le pays aux touristes. Le regroupement des forces doit faire de la Nouvelle-Calédonie une destination touristique incontournable.

Au programme des travaux

Les participants des ateliers du tourisme se sont répartis dans les neuf thématiques suivantes qui donneront lieu à trois sessions de travail chacune :
– hébergement terrestre : hôtels, accueil chez l’habitant, en tribu, camping… ;
– desserte aérienne internationale et locale ;
– transport domestique maritime et routier ;
– organisation interne : coordination des institutions ;
– formation et sensibilisation des acteurs et de la population ;
– commercialisation et promotion : promouvoir le pays ;
– activités et animations locales : prestations touristiques, événements ;
– hébergement flottant : croisière, charters, yachts ;
– agglomération : faire du Grand Nouméa le pôle touristique de la Nouvelle-Calédonie.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur