L’agenda social commun pour 2016

conference sociale
Philippe Germain a rappelé que la montée en compétitivité des entreprises devait se faire dans le respect des droits des salariés.

Organisée par le gouvernement, la conférence sociale annuelle s’est tenue le lundi 21 décembre dans les locaux de l’ETFPA. Animée par le vice-président Jean-Louis d’Anglebermes, elle a permis de définir l’agenda social commun.

Cette conférence a réuni le gouvernement (DTE, DFPC, ainsi que l’IDC-NC) et le Conseil du dialogue social (CDS), lequel regroupe l’ensemble des partenaires sociaux (organisations patronales et syndicales) : MEDEF, CGPME, UPA, USOENC, USTKE, Fédération des fonctionnaires, COGETRA, UT-CGFE-CGC, CSTC-FO, CSTNC.
Chaque année, elle permet d’échanger sur les projets respectifs dans les domaines du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle, de la protection et de la prévoyance sociale, et sur le calendrier de leur mise en œuvre.
À Nouville, les débats riches et constructifs ont débouché sur un nouvel agenda commun qui reflète les orientations prises dans le cadre de la stratégie emploi-insertion professionnelle définie par le gouvernement et qui fera l’objet d’un appui budgétaire de l’Union européenne dans le cadre du 11e FED.

Améliorer les conditions des salariés

« L’emploi doit être au centre de nos préoccupations en 2016, a rappelé Philippe Germain lors de l’ouverture de la journée. Nous allons engager des réformes sur la compétitivité qui doivent être le moteur de la croissance, et donc de l’emploi ».
« Mais la montée en compétitivité des entreprises doit se faire dans le respect des droits des salariés, a-t-il précisé. Des améliorations doivent être apportées dans leurs conditions de formation, de carrière et de rémunération ».

Le Conseil du dialogue social regroupe les organisations patronales et syndicales.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur