Comment évaluer les risques professionnels

travail
L’auditorium du CAPS a accueilli environ 130 personnes.

Organisée par la direction du Travail et de l’emploi (DTE) et la Cafat, les premières matinées de la prévention au travail 2016 se sont tenues les 3 et 4 février à Nouméa et Bourail. Dédiée à l’évaluation des risques professionnels, cette conférence technique a attiré un public particulièrement attentif.

Animée par Philippe Di Maggio, chef du service prévention des risques professionnels à la DTE, et Laurent Grave, technicien de prévention à la Cafat, cette première matinée s’est déroulée en deux temps : mercredi 3 février dans l’auditorium du Centre administratif de la province Sud, et jeudi 4 à l’hôtel La Néra. Environ 130 personnes à Nouméa, une grosse trentaine à Bourail, les deux sessions de quatre heures chacune ont attiré du monde. « Les gens apprécient ces rendez-vous, ils trouvent la formule intéressante et posent de nombreuses questions », se félicite Philippe Di Maggio. Un public constitué de chefs d’entreprise, gérants, spécialistes hygiène-sécurité-environnement, membres de CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), RH, mais aussi représentants de collectivités désireux de savoir si les procédures en vigueur dans le privé s’appliquaient aussi à la fonction publique.

Assistance technique

L’évaluation des risques professionnels constituait le thème développé lors de cette première matinée préventive. Comment réaliser un dossier EVRP, étape imposée aux employeurs par le code du travail afin de protéger la santé physique et mentale de leurs salariés, leur permettre de mettre en place des actions de prévention justement ciblées, efficaces et utiles…, les deux techniciens ont rappelé les principes, étayé leurs démonstrations, souligné qu’une telle démarche permettait aussi d’appuyer l’autorité de l’employeur. « Il y a quelques années, nous avons baissé le niveau de technicité de ces conférences, mais on s’aperçoit qu’une grande partie du public maîtrise déjà les bases et n’a besoin que d’informations complémentaires, une assistance technique, pour mettre la loi en application », indique Philippe Di Maggio.
La prochaine matinée de la prévention aura lieu les 16 et 17 mars, toujours à Nouméa et à Bourail. Intitulé : « Développer une culture sécurité dans son entreprise ». Des professionnels apporteront leur témoignage, ces jours-là comme lors des rendez-vous mensuels suivants proposés par le gouvernement.

Au menu

– Chiffres des accidents du travail et des maladies professionnelles
– Les trois étapes d’une démarche de prévention
– L’intérêt pour l’entreprise d’une telle démarche
– Le règlement intérieur, base de toute politique de prévention
– Introduction à l’évaluation des risques professionnels
– Engager une démarche d’évaluation des risques professionnels

accident du travail
Au micro, Philippe Di Maggio.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur