Une frise historique pour l’École calédonienne

enseignement
Hélène Iékawé aux côtés de Yolande Verlaguet, directrice de l’enseignement, et de trois membres de la commission « culture humaniste » de la DENC : Philippe Guanere (inspecteur de l’enseignement primaire), Christophe Delessert (conseiller pédagogique à la DENC), Micheline Edmond-Olivier (professeur à l’IFMNC).

 

Une frise comparative des principaux faits historiques intervenus en Nouvelle-Calédonie, en Europe et dans le monde va être distribuée dans les établissements du primaire. Un pas supplémentaire vers une école mieux adaptée aux réalités du pays.

 

Tout au long du mois de mars, 463 classes de cycle trois (CE2, CM1, CM2) dans 44 écoles vont recevoir une mallette composée d’une frise historique murale accompagnée d’un livret pédagogique. Ce projet, mené par la direction de l’Enseignement de la Nouvelle-Calédonie, vient compléter le manuel d’histoire-géographie élaboré en 2007 par les historiens du pays.
Histoires parallèles
Composé de deux frises, cet outil pédagogique met en parallèle l’histoire calédonienne et celle du reste du monde avec un découpage en grandes périodes propre à chaque partie. « L’histoire de notre pays n’est pas celle de la Métropole, mais l’une intervient sur l’autre, souligne Hélène Iékawé, membre en charge du gouvernement, qui a présenté la frise le 2 mars dans les locaux de l’institution. Cet enseignement doit permettre aux enfants de mieux appréhender les conséquences de certains événements. » L’expansion coloniale, la Commune ou les deux guerres mondiales, les exemples ne manquent pas. De même, ces documents proposent une alternative au vocabulaire habituellement employé. Ainsi, le terme « découverte », fruit d’une vision européo-centrée, a été remplacé par « premiers contacts ».

Reprise des travaux

« Ce projet s’inscrit complètement dans le cadre du projet éducatif qui définit l’identité de l’École calédonienne », poursuit Hélène Iékawé. Justement, les acteurs de la communauté éducative sont conviés au gouvernement entre le 7 et le 11 mars pour finaliser les travaux de mise en œuvre de la délibération sur l’avenir de l’École calédonienne. Chacun des neuf groupes thématiques doit définir et prioriser les actions à mener au sein des établissements scolaires à la rentrée 2017. Elles seront contenues dans la charte d’application qui sera présentée au Congrès en août 2016, en même temps que le calendrier de mise en œuvre et les modalités de financement.

Les neufs thématiques des groupes de travail

– Mise en œuvre du préambule de la délibération sur l’avenir de l’École calédonienne
– Renforcer l’identité de l’École calédonienne à travers les langues, les arts et les cultures, le parcours civique et l’engagement des élèves
– Considérer la diversité des publics pour une école de la réussite pour tous
– Ancrer l’école dans son environnement pour favoriser l’épanouissement de l’élève
– Ouvrir l’école sur la région Océanie et sur le monde
– Construire un vrai continuum éducatif de l’école primaire à l’enseignement supérieur
– Améliorer la cohérence de la communauté éducative, renforcer l’action des différents acteurs
– Mettre en œuvre les actions qui relèvent plus particulièrement du niveau des écoles et des établissements publics et privés
– Améliorer la gouvernance du système éducatif et le droit à l’éducation pour mieux administrer l’école.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur