Le plan de santé calédonien adopté par le Congrès

2

 

Issue d’une méthode participative inédite qui a permis de faire réfléchir l’ensemble des acteurs à des pistes d’amélioration du système de santé, la délibération relative au plan de santé « Do Kamo, être épanoui » vient d’être adoptée par le Congrès.

 

Comme l’a rappelé le président du gouvernement Philippe Germain aux élus du Congrès réunis en séance publique le jeudi 24 mars, « notre système de santé est performant. Le niveau et la qualité de nos prestations médicales place la Nouvelle-Calédonie parmi les pays les plus développés de la zone. Mais il coûte très cher : 100 milliards par an. » C’est pourquoi la première étape du plan de santé Do Kamo a été dédiée à la bonne gouvernance afin de réduire impérativement les dépenses, de repenser les financements et ainsi d’assurer la pérennité du système de santé calédonien.
D’ici la fin du mois d’avril, un groupe de travail réunissant des représentants du Congrès, du gouvernement et de la CAFAT, sera chargé de présenter des pistes de réduction des dépenses, de maîtrise des coûts et de refonte de la gouvernance de notre système de protection sociale.

Plus de prévention

Ce plan qui fixe les grandes orientations stratégiques pour les dix années à venir a également pour ambition d’impulser une politique forte d’éducation et de promotion de la santé auprès de la population. Des plans d’actions seront notamment définis au regard de problématiques de santé (addictions, pathologies de surcharge…) ou en accompagnement des populations vulnérables (personnes âgées, personnes handicapées…).

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur