Les espoirs de la natation calédonienne

Piscine
Valentine Eurisouké, membre du gouvernement en charge notamment du sport et de la jeunesse, les nageurs du pôle espoir Oceania et leur entraîneur Mathias Mercadal.

 

Les nageurs du pôle espoir Oceania participent aux championnats de France qui débutent le 29 mars. Avant leur départ, Valentine Eurisouké a rencontré ces champions en herbe soutenus par le gouvernement.

 

Le pôle espoir natation est la première structure du genre à avoir été créée en Nouvelle-Calédonie en 2014 avec le soutien du gouvernement dans le cadre de la mise en place du parcours d’excellence sportive. Celui-ci permet d’allier la pratique assidue d’un sport dans de bonnes conditions d’encadrement et de poursuivre une scolarité en collège ou en lycée. Un dispositif qui vise notamment à éviter le départ précoce des sportifs calédoniens les plus prometteurs.

Au pôle espoir Oceania, basé au Centre aquatique régional de Dumbéa, les huit recrues âgées de 14 à 18 ans s’entraînent en moyenne 20 heures par semaine. « C’est avec une grande satisfaction que nous avons pu constater sur place les moyens mis en œuvre par le gouvernement, indique Valentine Eurisouké. Les jeunes travaillent dur, ils participent à des compétitions et ont des résultats. » Le membre du gouvernement en charge du sport et de la jeunesse a vivement encouragé les sept d’entre eux qui s’envolent pour les championnats de France à Montpellier : « Vous allez défendre les couleurs de votre pays, la Nouvelle-Calédonie ! ».

Quatre pôles espoir

Le gouvernement participe à hauteur de 75 % du budget de fonctionnement du pôle espoir Oceania ainsi qu’à ses déplacements, et lui délivre un accompagnement technique. « Cet engagement est essentiel. Il nous permet de mettre en place une stratégie de développement pour ces jeunes sportifs qui représenteront la Nouvelle-Calédonie au plus haut niveau », indique Pierre Andraca, le coordinateur du pôle. Après la natation, le judo, la voile et le handball féminin sont les trois disciplines qui ont bénéficié de la création d’un pôle espoir. Les Assises du sport organisées par le gouvernement en mai seront l’occasion de faire un bilan de ce dispositif d’accès au sport de haut niveau qui concerne au total une cinquantaine de jeunes.

Vers des filières de haut niveau

Après avoir effectué leur troisième rentrée au pôle espoir Oceania, Jérémie Dufourmantelle et Thibaut Mary, actuellement en classe de terminale, se préparent désormais à intégrer un Pôle France de natation ou une université américaine à l’image de leurs aînés, Lara Grangeon et Thomas Dahlia. Leurs résultats à ces championnats de France seront déterminants pour la suite de leur parcours. Quant aux plus jeunes espoirs, ils devront continuer sur leur lancée en atteignant les finales et les podiums des compétitions auxquelles ils participent, en Métropole ou dans la région.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur