Tatouages et piercings sous contrôle

tatouage

 

Les professionnels pratiquant le tatouage, le maquillage permanent et le piercing devront désormais déclarer leur activité et suivre une formation.

 

Attendue par l’ensemble de ces spécialistes, une nouvelle réglementation relative aux activités de tatouage, piercing (y compris des oreilles) et maquillage permanent entrera en vigueur le 1er juillet en Nouvelle-Calédonie. Sont concernées toutes les personnes qui exercent dans ces domaines de manière permanente ou occasionnelle (moins de cinq jours par an sur un même lieu, par exemple sur un salon ou un festival), y compris les étrangers de passage.

Qu’est-ce qui va changer ? Première obligation : tous ces professionnels devront déclarer leur activité auprès de la DASS (Direction des Affaires Sanitaires et Sociales du gouvernement). Seconde exigence : ils devront suivre une formation sur l’hygiène d’une durée de 4 h à 21 h selon les techniques utilisées. L’attestation obtenue devra être réactualisée chaque année.

Côté contrôle, des inspections inopinées seront conduites par des inspecteurs (médecins, pharmaciens, infirmières) de la DASS. L’objectif de ces visites sera avant tout d’accompagner les professionnels dans la mise en place de ces pratiques d’hygiène et de sécurité, contraignantes mais nécessaires à la protection des Calédoniens.
Il reste donc quatre mois à l’ensemble de ces personnes pour se mettre en ordre de marche règlementaire.

Un recensement parfois difficile

Quinze studios de tatoueurs, dix-huit salons d’esthétiques pratiquant officiellement le maquillage permanent et six bijoutiers équipés pour percer les oreilles sont recensés en Nouvelle-Calédonie, principalement à Nouméa. « Cependant, d’autres professionnels pratiquent très certainement ces activités jusqu’à présent non soumises à déclaration et qui ne nécessitent pas de diplôme particulier, indique Laurence Chantoiseau, pharmacien inspecteur de santé publique à la DASS. »

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur