Le gouvernement reçoit Manuel Valls

gouvernement manuel valls

 

Le déplacement de Manuel Valls en Nouvelle-Calédonie a débuté le 29 avril par une rencontre avec le président et les membres du gouvernement. Questions socio-économiques et avenir institutionnel ont été largement abordés avec le Premier ministre qui a réaffirmé le concours de l’État pour faire avancer les dossiers.

 

Au siège du gouvernement, le Premier ministre s’est d’abord entretenu pendant une demi-heure avec le président Philippe Germain et le vice-président, Jean-Louis d’Anglebermes. La conversation, chaleureuse et sincère, a permis de faire un tour d’horizon des sujets, « en insistant sur les questions du nickel, de l’éducation, de l’insécurité et de la délinquance – là où nous partageons des compétences avec l’État – et bien sûr les contrats de développement à travers lesquels il apporte son financement », a souligné Philippe Germain. A ce sujet, Manuel Valls s’est engagé sur le montant de l’enveloppe complémentaire pour 2016, 850 millions de francs, d’ores et déjà attribués à des projets définis comme le Centre hospitalier du Nord ou le logement social.

Manuel Valls et Philippe Germain
« Cette rencontre entre le Premier ministre de la République et le gouvernement de Philippe Germain illustre, incarne ce destin commun que nous bâtissons ensemble pour la Nouvelle-Calédonie. » (Extrait du Livre d’or du gouvernement signé par Manuel Valls).

 

Un Premier ministre à l’écoute

L’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie a aussi été au centre des discussions.
« Le Premier ministre a insisté sur le fait que 2016 doit être une année utile pour poser les bases de la sortie de l’Accord de Nouméa », a indiqué Philippe Germain. Des propos que le président du gouvernement a lui-même déjà tenus. Face aux membres du gouvernement, Manuel Valls a salué les réformes mises en œuvre et a répondu à de nombreux points évoqués par les représentants de l’exécutif calédonien. Préoccupé par la montée de la délinquance et l’avenir de la jeunesse en Nouvelle-Calédonie, le Premier ministre a confirmé l’envoi d’une mission d’appui afin d’étudier l’opportunité d’ouvrir un centre éducatif fermé. Il s’est engagé sur la création de nouveaux postes d’enseignants en faveur du futur lycée du Mont-Dore et du lycée de Pouembout. Le soutien de l’État est également assuré pour la création d’une banque postale calédonienne, « un outil de développement économique » et l’accélération de l’examen du dossier de défiscalisation nationale au profit de la nouvelle flotte d’Aircal. Manuel Valls a enfin été interpellé sur l’importance de l’insertion de la Nouvelle-Calédonie dans l’environnement régional. Autant de dossiers sur lesquels les gouvernements français et calédonien continueront de travailler ensemble pour préparer l’avenir. « Le rôle de l’État est de vous aider à bâtir le destin commun. Quel que soit le choix des Calédoniens, ce destin aura un lien avec la France », a conclu le Premier ministre.

Trois jours en Nouvelle-Calédonie

« C’est un moment béni pour Nouméa qui accueille en même temps Johnny Hallyday et… Christian Karembeu ! », a lancé Manuel Valls qui est venu accompagné du champion du monde de football. L’entourent également la ministre des Outre-mer George Pau-Langevin et des experts du dossier calédonien tels qu’Alain Christnacht. Présent jusqu’au 1er mai, Manuel Valls doit notamment visiter le chantier du Centre hospitalier du Nord samedi, en présence de Valentine Eurisouké, membre du gouvernement en charge de la santé. La journée de dimanche se déroulera au Centre culturel Tjibaou, puis à Lifou. Manuel Valls se rendra ensuite en Nouvelle-Zélande pour la première visite d’un Premier ministre français dans ce pays depuis 1990.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur