La Nouvelle-Zélande aux côtés de la Calédonie

Nouvelle Zelande
Le président du gouvernement et le Premier ministre néo-zélandais John Key.

 

Le président du gouvernement Philippe Germain a pris part à la délégation du Premier ministre Manuel Valls qui s’est rendu en Nouvelle-Zélande les 1er et 2 mai. Objectif pour la Nouvelle-Calédonie ? Renforcer les relations diplomatiques et économiques avec nos voisins.

 

Cette visite – la première pour un président du gouvernement calédonien depuis 2013 – aura été plus que bénéfique. D’abord sur le plan politique et institutionnel, l’engagement commun du Premier ministre et de Philippe Germain aura permis de faire évoluer la position néo-zélandaise quant à la demande de la Nouvelle-Calédonie de devenir membre à part entière du Forum des Îles du Pacifique. Le Premier ministre John Key a affirmé son soutien à la démarche et s’est engagé à relancer les discussions avec les autres pays du FIP en ce qui concerne les règles d’adhésion. Accéder au statut de membre à part entière de l’unique organisation politique régionale revêt une certaine importance pour la Nouvelle-Calédonie qui pourrait ainsi s’intégrer dans les accords commerciaux de la zone.

Diplomatie économique

Cette question a aussi été au cœur de la rencontre entre le président du gouvernement, accompagné du député Philippe Gomès, et le ministre des Affaires étrangères Murray McCully. Par ailleurs, les échanges ont porté sur le second câble numérique et les accords de commerce en cours de négociation en Océanie. Philippe Germain et Philippe Gomès ont ainsi rappelé que la Nouvelle-Calédonie était engagée depuis cette année dans une importante campagne de diplomatie économique, souhaitant notamment privilégier les partenariats d’entreprises (joint-ventures) pour le développement des échanges entre la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande.

IMG_2105-Web

Dynamiser les échanges touristiques

Un temps fort diplomatique s’est déroulé le 2 mai avec la signature par Philippe Germain et le ministre des Transports Simon Bridges, en présence de Manuel Valls, de l’arrangement administratif qui va permettre de doubler les vols entre la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande. Cet accord aérien a été négocié en novembre dernier à la demande des opérateurs. Les compagnies Aicalin et Air New-Zealand peuvent désormais passer à quatre allers-retours hebdomadaires chacune, avec des avions de 350 sièges maximum – contre deux de 300 sièges auparavant – pour atteindre cinq allers-retours à partir de mars 2018. Une disposition qui répond à l’ambition de la Nouvelle-Calédonie de développer son tourisme.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur