Nos abeilles choyées par des pros

ruches mag du gouv

Le 10 mai, les agents sanitaires apicoles (ASA) agréés ont reçu, des mains des représentants du SIVAP/DAVAR*, des attestations de formation officielles. En effet, dix-huit ASA et quatre vétérinaires ont été spécifiquement formés en apiculture. Tous sont activement engagés dans la surveillance des ruchers calédoniens à travers toute la Nouvelle-Calédonie.

Les abeilles de Nouvelle-Calédonie ont la chance d’être épargnées par les deux tiers des maladies répertoriées par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), et notamment par la varroase, dont le parasite fait des ravages en Métropole depuis plus de trente ans.

Au vu de l’exceptionnelle situation du rucher calédonien, dès 2008 un vaste réseau d’épidémiosurveillance apicole (RESA) a été mis en place pour assurer la surveillance et l’amélioration de ce rucher, ainsi que la prévention des épidémies. Les ASA et les vétérinaires actifs sur le terrain ont tous été formés par le Centre de promotion de l’apiculture (CPA). Le RESA permet de confirmer semestriellement à l’OIE, dont la Nouvelle-Calédonie est membre depuis 1949, le statut sanitaire des ruches du Caillou.

Un réseau solide et compétent

Essentiel à l’avenir de la filière apicole, ce réseau a été créé dans le cadre d’une convention impliquant des partenaires variés et complémentaires : services techniques du gouvernement et des provinces, chambre consulaire et apiculteurs. Le RESA est placé sous le contrôle du SIVAP/DAVAR et mis en œuvre pour le compte de l’APICAN** par le CPA, de l’Agence de développement économique de la Nouvelle-Calédonie (ADECAL) / Technopole.


* Service d’inspection vétérinaire, alimentaire et phytosanitaire / direction des affaires vétérinaires, alimentaires et rurales de la Nouvelle-Calédonie.
** Agence pour la prévention et l’indemnisation des calamités agricoles ou naturelles

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur