Le projet éducatif en action

Le projet éducatif en action1

 

Les groupes de travail qui élaborent les actions du projet éducatif ont restitué une première synthèse de leurs travaux le 26 mai, en présence d’Hélène Iékawé.

 

Forts d’un cadre réglementaire adopté en janvier au Congrès, neuf groupes thématiques ont travaillé sur les actions à mener dans le cadre du projet éducatif. Enseignants, chefs d’établissement, inspecteurs, mais aussi membres d’associations, conseillers, acteurs de la santé : un peu plus de 500 personnes ont ainsi contribué à l’élaboration de la charte d’application qui contiendra l’ensemble de ces actions.

De nombreux contributeurs étaient rassemblés dans l’auditorium de la province Sud le 26 mai pour présenter un point d’étape de leurs travaux. Ils ont été accueillis par la membre du gouvernement en charge de l’enseignement qui a rappelé l’importance de leur participation dans l’écriture des textes relatifs à l’avenir de l’école calédonienne. Les équipes, chargées de traiter une problématique spécifique au sein de chaque groupe, se sont succédé tout au long de la journée. Ces présentations ont suscité de nombreux échanges avec l’auditoire très attentif.
La charte d’application qui découlera de ces réflexions doit être votée au Congrès en août-septembre pour une mise en œuvre dès la rentrée 2017. Les actions choisies seront complétées par les engagements des collectivités qui figureront aussi dans la charte, de manière à apporter de la cohérence et de la lisibilité dans l’action des uns et des autres.

Najat Vallaud-Belkacem

Le projet éducatif soutenu jusqu’à Paris

Lors de son déplacement à Paris du 23 au 27 mai, Philippe Germain a pu s’entretenir avec Najat Vallaud-Belkacem. La ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche lui a donné un accord de principe sur le soutien de l’État dans la mise en œuvre du projet éducatif calédonien. Des moyens financiers et humains devraient être formalisés dans une convention triennale conclue entre la Nouvelle-Calédonie et le ministère de l’Éducation nationale. Le président du gouvernement a invité la représentante de l’État à venir signer ce partenariat en Nouvelle-Calédonie, probablement en octobre. Alors que la Métropole est en pleine période de restrictions budgétaires, la Nouvelle-Calédonie bénéficie ainsi d’un régime particulier avec ce dispositif pédagogique unique.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur