Les aides du Fonds Nickel

Les aides du Fonds Nickel
Le Fonds Nickel est aujourd’hui doté d’un budget de 2,8 milliards. Une partie de cette somme, 600 millions de francs, a été allouée à des actions de soutien conjoncturel.

 

Le conseil d’administration du Fonds Nickel s’est réuni le 31 mai sous la présidence de Gilbert Tyuienon et en présence de Philippe Germain. Pour le premier trimestre 2016, le montant des cotisations prises en charge s’élève à 93 millions de francs pour les sociétés minières et 23 millions pour les sous-traitants.

 

L’intervention du Fonds Nickel a été déclenchée après l’arrêté du gouvernement déclarant le secteur du nickel en crise en février dernier. Elle fait partie d’un plan global de soutien, présenté le 8 mars par Philippe Germain, qui comprend également un programme prévisionnel des exportations. L’aide du Fonds Nickel repose d’abord sur la prise en charge partielle des cotisations sociales patronales pour les sociétés minières de moins de 500 salariés et ce, de manière proportionnelle à la perte de chiffre d’affaires. Les sommes pour le premier trimestre de l’année ont été indiquées hier en conseil d’administration. Elles s’élèvent à 93 millions répartis ainsi : 37,15 millions pour SMT, SMN et SMCB du groupe Ballande, 34,5 millions pour Montagnat et 21,25 millions pour MKM. Par ce concours exceptionnel, environ 400 emplois pourront être sauvegardés. Sur l’année, l’aide devrait atteindre 308 millions de francs.

Chantiers compensatoires

Durement frappés par la baisse d’activité du secteur, les sous-traitants entrent eux-aussi dans le champ d’intervention du Fonds Nickel, selon des règles identiques à celles retenues pour les sociétés minières. Les sous-traitants désignent les professionnels qui exercent des activités de forage, minage, revégétalisation, travaux environnementaux, mais aussi les laboratoires d’analyse, les bureaux d’étude… Huit sociétés ont été reconnues éligibles pour un montant de 23,2 millions pour le premier trimestre. Cette mesure permettra de sauvegarder une centaine d’emplois pour une estimation annuelle de 100 millions de francs.

DSC_0808-web
Le conseil d’administration du Fonds Nickel

« Au-delà de sa mission de soutien, le Fonds Nickel poursuit un programme pluriannuel de réhabilitation (PPR) des zones dégradées par l’activité minière », a rappelé son président Gilbert Tyuienon. Dans ce cadre, le fonds peut aussi proposer des chantiers à caractère curatif ou compensatoire, notamment sur les cours d’eau. Deux chantiers pourraient commencer dans les prochaines semaines, l’un à Kouaoua, l’autre à Houaïlou, tous deux pour un montant de 20 millions. Ils concernent des sociétés de la côte Est, sous-traitantes pour l’environnement, qui connaissent une réduction notable de leur volume d’activité. « Grâce au PPR, le Fonds Nickel sait rapidement où il faut intervenir et peut ainsi apporter du travail aux sociétés en difficulté », s’est félicité le membre du gouvernement.
Le conseil d’administration a enfin été informé du projet du gouvernement de modifier la délibération relative au Fonds Nickel, à la demande de la NMC (Nickel Mining Company), afin d’étendre les mesures de soutien aux entreprises de 750 salariés. Cette décision devra être ensuite votée au Congrès.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur