Pour un essor de l’export

Le forum économique à Auckland a réuni une quarantaine d’entreprises et d’organisations professionnelles calédoniennes et néo-zélandaises.

 

Des entreprises calédoniennes se sont jointes à la délégation du gouvernement en Nouvelle-Zélande pour participer à des rencontres économiques. Ces journées ont permis des prises de contact prometteuses.

 

Le président du gouvernement Philippe Germain a mené une mission de diplomatie économique en Nouvelle-Zélande du 6 au 11 juin en s’entourant d’entreprises et d’organisations professionnelles. Le cluster Avenir Export – un regroupement de sociétés qui souhaitent se développer à l’international – a notamment été chargé d’organiser un forum avec le soutien du délégué pour la Nouvelle-Calédonie en Nouvelle Zélande, Yves Lafoy.

Se faire connaître

L’événement s’est tenu le 8 juin à Auckland et a offert une vitrine à dix entreprises locales, issues de tous les secteurs, qui ont pu présenter leurs activités et leurs perspectives en matière d’export ou de partenariat à leurs homologues néo-zélandais. Sébastien Sarramégna, directeur du bureau d’études en ingénierie environnementale EMR, a ainsi exposé les atouts calédoniens dans son secteur : « Nous avons un savoir-faire à apporter à travers notre connaissance de l’environnement tropical insulaire, notre montée en compétence ces derniers années et notre lien culturel fort avec les pays mélanésiens et les autres États du Pacifique. » Le chef d’entreprise poursuit : « Faire partie d’une délégation du gouvernement apporte une plus grande visibilité et ce genre d’opération permet de toucher davantage de partenaires potentiels. »

Le « Business forum » s’est poursuivi pendant deux journées avec des rencontres en tête-à-tête entre entreprises calédoniennes, néo-zélandaises et acteurs institutionnels. L’entreprise Pacific Plastic Profil (3P) exporte depuis plus de six ans ses produits extrudés en PVC en direction de la Nouvelle-Zélande : « Pendant la mission, nous avons échangé avec des bureaux d’études et des sociétés chargés de prescrire nos produits auprès des entreprises du secteur du BTP. L’export nous permet de compenser les variations du marché local tout en maintenant les volumes de production », explique Arnaud Gosse, le gérant.

Les participants ont salué le soutien du gouvernement dans les démarches d’export des entreprises calédoniennes. Grâce à ces actions concrètes, la Nouvelle-Calédonie gagne en notoriété auprès de ses voisins les plus proches qui pourtant la méconnaissent encore. Mais bonne nouvelle, la Nouvelle-Zélande montre elle aussi sa volonté de développer les échanges.

Faciliter les relations commerciales

Développer l’export passe aussi par une meilleure connaissance des règles en pratique sur les marchés étrangers, notamment des processus de contrôle phytosanitaire. Un entretien sur ce sujet a eu lieu au ministère des Industries primaires en présence du président du gouvernement, du vice-président et du représentant du cluster Avenir Export. Objectif ? Permettre aux exportateurs calédoniens potentiels de répondre plus efficacement aux contraintes imposées à l’entrée du territoire néo-zélandais. Les parties présentes sont convenues d’engager un travail entre leurs administrations afin de fluidifier ces processus.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur