Du plat pays à l’Océanie

Du plat pays à l’Océanie
En visite au musée de la Ville, avec (à gauche) Andréa Wamejonengo, chargée de mission mobilité au CIJ-NC.

 

Quinze jeunes Belges d’Ostende sont sur le Caillou pour deux semaines, dans le cadre d’un échange organisé grâce à la Plate-forme de la mobilité internationale et européenne des jeunes Calédoniens. Un dispositif en grande partie financé par le gouvernement.

 

À peine arrivés au centre d’activité nautique de la province Sud (CAN), où ils sont hébergés, les jeunes Flamands ont piqué à 5 heures du matin une tête dans le lagon qu’ils ont jugé, même fin juin, nettement plus chaud que la mer du Nord ! De quoi se réveiller en forme, avant le programme marathon que leur a réservé le Centre Information Jeunesse (CIJ-NC).

Âgés de 18 à 27 ans, ces quinze Belges – dix filles et cinq garçons – sont ici dans le cadre des opérations de promotion de la Plate-forme de la mobilité internationale et européenne des jeunes Calédoniens, animée par le CIJ-NC. Objectifs de ce dispositif, comme l’explique Frédérique Seguin, directrice du CIJ-NC, « informer le plus grand nombre sur les possibilités de mobilité, porter le Service volontaire océanien (SVO) conjointement avec la direction de la Jeunesse et des Sports du gouvernement et l’association France Volontaires, former les acteurs de jeunesse (services provinciaux, maisons de quartier…), préparer au départ tous les jeunes qui ont échappé aux structures qui s’occupent déjà de mobilité (MIJ, vice-rectorat, chambres consulaires…) et sensibiliser les élus ».

Appel à projets

En avril 2015, le CIJ-NC a répondu à un appel à projets du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (un dispositif État), dans le but de mettre en place cette plate-forme. Et l’a remporté, avec à la clé une enveloppe de 250 000 € sur trois ans. De quoi voir venir et organiser l’échange avec les jeunes d’Ostende. Directeur du “mu-zee-um”, un organisme créé en 2001, qui a pour vocation l’éducation à l’art et à la culture et qui sert d’intermédiaire entre l’art et les publics, Ewout est l’un des deux accompagnateurs du groupe. « Après de nombreux échanges en Europe, nous voulions aller plus loin. En cherchant sur Internet, on a vu qu’il y avait des possibilités en Nouvelle-Calédonie. Nous sommes venus pour le partage interculturel, pour mieux comprendre l’autre, ses modes de vie, apprécier nos différences, nous enrichir de cette expérience. »

The Sound of C

Financé par le programme Erasmus + Jeunesse & Sport, ce long voyage de l’autre côté des océans a été baptisé “The Sound of C”. « C comme Caledonia et C en phonétique comme Sea, la mer, explique Andréa Wamejonengo, chargée de mission mobilité au CIJ-NC et pilote du projet. L’échange concerne les thématiques de l’environnement et de la culture. Le profil des jeunes est très varié : beaucoup d’étudiants, mais également des personnes en insertion, des artistes… ». Durant leur séjour, à Nouméa, Dumbéa, et surtout à Lifou, les quinze jeunes alimenteront un blog consacré à leurs différentes activités et ateliers, avec le son (du bambou, du récif, du… pays) en fil rouge.

Quant à la réciprocité de l’échange, elle se concrétisera par l’envoi d’un groupe d’une quinzaine de jeunes Calédoniens à Ostende en juillet 2017. Ils risquent d’y trouver l’eau un peu fraîche. Même en plein été !

Direction Lifou

Débarquée à la Tontouta le 29 juin, la délégation belge passe les premiers jours à Nouméa. Sénat coutumier, centre culturel Tjibaou, etc. Ce week-end, elle sera à Dumbéa (ferme d’Erembé à Koé, échange avec l’association Rivière Vivante, activités nautiques, spectacle Wanamat Show au centre culturel…). Puis sonnera le départ pour Lifou où l’attend une semaine particulièrement riche, concoctée par l’Association Multisports Lifou (AML). En compagnie des quinze jeunes qui les accueillent, originaires de Lifou, mais aussi de Maré, Ouvéa et Tiga, les Flamands partiront à la découverte de la vie tribale, à Jozip, et de la culture loyaltienne : coutume, travail au champ, préparation du bougna, pêche, contes et légendes, visite d’une vanilleraie, chants et danses, chasse au cochon sauvage, activités environnementales… Le séjour calédonien s’achèvera le mercredi 13 juillet, après un crochet par l’Aquarium des lagons et une rencontre avec les élus.

CIJ-NC, quèsaco ?

Le Centre Information Jeunesse Nouvelle-Calédonie (CIJ-NC) est une association loi 1901 dont les missions consistent à coordonner l’animation et le développement des bureaux et points Information Jeunesse (BIJ et PIJ), à professionnaliser les informateurs jeunesse qui travaillent dans ces structures, à élaborer, avec les centres de ressources provinciaux, une documentation locale répondant à la déontologie de la Charte Information Jeunesse, et à faire connaître le réseau Information Jeunesse aux jeunes et aux collectivités. Le CIJ-NC est financé à près de 90 % par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie qui lui a accordé en 2016 une subvention de fonctionnement de 8 millions de francs, plus 7,2 millions au titre de la plate-forme mobilité, soit plus de 15 MF.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur