La route s’apprend à l’école

Helène Iékawé, Cynthia Ligeard et les partenaires du gouvernement (province Sud, mairie de Nouméa) ont assisté à une séance d’apprentissage au bon usage de la route, dans une classe de CE2 de l’école Jacques-Trouillot de Rivière-Salée.
Helène Iékawé, Cynthia Ligeard et les partenaires du gouvernement (province Sud, mairie de Nouméa) ont assisté à une séance d’apprentissage au bon usage de la route, dans une classe de CE2 de l’école Jacques-Trouillot de Rivière-Salée.

 

Parce qu’être un usager de la route prudent s’apprend dès l’enfance, les élèves de la Nouvelle-Calédonie reçoivent des enseignements pour devenir des piétons, des passagers et des conducteurs responsables. Des apprentissages qui s’appuient notamment sur des livrets pensés par la direction de l’Enseignement de la Nouvelle-Calédonie (DENC) et ses partenaires.

 

À l’occasion de la diffusion par la DENC d’un nouveau support éducatif, les membres du gouvernement Helène Iékawé et Cynthia Ligeard, respectivement en charge de l’enseignement et de la sécurité routière, conviaient ce matin la presse à l’école Jacques-Trouillot de Rivière-Salée pour assister, dans une classe de CE2, à une leçon suivie d’exercices pratiques sur le thème « Où et comment traverser la route ? ».

« En lançant le deuxième Plan quinquennal de la sécurité routière 2014-2018, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a fait de l’insécurité routière une priorité, notamment au niveau de l’enseignement », explique Hélène Iékawé. La direction de l’Enseignement de la Nouvelle-Calédonie (DENC) s’est en effet vue confier des objectifs à réaliser sur cinq ans concernant la formation des enseignants et l’élaboration d’outils pour l’enseignement de la sécurité routière. Ces objectifs complètent les programmes scolaires qui prévoient déjà l’enseignement de la sécurité routière dans les disciplines « Devenir élève » dès la maternelle, et « Instruction civique et morale, vivre et construire ensemble » pour les élèves du CP au CM2.

Après la leçon, les apprentissages sont évalués grâce au livret conçu par la DENC.
Après la leçon, les apprentissages sont évalués grâce au livret conçu par la DENC.

 

Une cause commune

« Depuis son lancement en 2015, ce projet avance bien, détaille Yolande Verlaguet, directrice de la DENC. En termes d’outils, les supports du cycle 3 (CP, CE1 et CE2) ont été édités, les livrets du cycle 2 (CM1 et CM2) seront distribués à la rentrée 2017 et celui destiné aux enseignants est en cours de mise à jour. D’ici à 2018, nous publierons également des livrets pour les classes de maternelle. » Composés de fiches d’évaluation, ces publications permettent aux élèves de valider progressivement leurs apprentissages, jusqu’à l’obtention de l’Attestation de première éducation à la route (APER), remise à la fin de la scolarité en primaire.

En parallèle, la formation des enseignants se poursuit : « 200 enseignants ont suivi un stage sur l’enseignement de l’éducation routière en 2015, dans le cadre du plan de formation continue », précise la DENC.

« Il faut souligner les partenariats nés de cette cause commune, poursuit Cynthia Ligeard. C’est la prise de conscience collective de l’importance de cet enseignement qui permet notamment aux écoles de s’équiper. » En effet, aux côtés du gouvernement, de nombreux acteurs participent, comme les provinces (financement par la province Sud du transport des élèves vers les pistes d’éducation à la prévention routière et attribution d’une subvention de 900 000 francs à la commune de Nouméa pour équiper cinq écoles prioritaires en trottinettes, vélos, casques), la Ville de Nouméa (marquage des pistes, études pour en créer de nouvelles) ou encore l’association Prévention routière et la gendarmerie qui participent à la formation des enseignants.

Après la théorie, place à la pratique.
Après la théorie, place à la pratique.

 

Concours d’affiche

Le gouvernement a lancé l’an dernier un concours intitulé « La route et moi ». Proposé aux établissements scolaires du territoire, il récompense la meilleure affiche illustrant le thème de la prévention routière. Cette année, une trentaine de classes a participé à ce concours. L’affiche lauréate sera désignée par un jury composée de la DENC, de la chargée de mission Sécurité routière du gouvernement, de membres des trois provinces et de l’association Prévention routière. L’annonce de la classe gagnante, qui remportera trente vélos, aura lieu le 7 octobre, à l’occasion des rencontres de la Sécurité, à la gare maritime. L’affiche récompensée sera diffusée dans toutes les écoles.

 

La classe lauréate du concours « La route et moi » en 2015.
La classe lauréate du concours « La route et moi » en 2015.

 

Un groupe de travail « sécurité routière »

Les outils pédagogiques de la DENC sont conçus par un groupe de travail composé de conseillers pédagogiques, des référents sécurité routière du gouvernement et de la province Nord, d’un commandant de la gendarmerie nationale, d’un représentant de l’association Prévention routière et d’un représentant de la direction des Infrastructures, de la topographie et des transports terrestres (DITTT).

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur