Cap sur la rentrée pour le lycée du Mont-Dore

La visite était commentée par Caroline Marlot, l'une des architectes de l'équipe projet (Artimon architecte mandataire, Chabanne et MC archi).
La visite était commentée par Caroline Marlot, l’une des architectes de l’équipe projet (Artimon architecte mandataire, Chabanne et MC archi).

 

Les élus − dont Hélène Iékawé, membre du gouvernement en charge de l’enseignement − les coutumiers, les chefs d’établissement et les associations de parents d’élèves ont effectué, le 17 septembre, une visite de chantier du lycée polyvalent du Mont-Dore. L’établissement ouvrira ses portes à la rentrée 2017.

 

L’émotion était palpable samedi parmi les participants de la visite du futur lycée du Mont-Dore, organisée par le vice-rectorat et le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Les forces politiques du pays se sont mobilisées en 2009 pour ce projet qui arrive à son aboutissement aujourd’hui. De la satisfaction se ressentait également face à la qualité de la réalisation. « L’idée initiale du projet était de protéger sans enfermer, explique l’architecte Caroline Marlot. Les salles de cours se développent comme un ruban autour de la cour de récréation, avec un maximum de perspectives visuelles. »

Le lycée a une vue imprenable sur le Mont-Dore. Le terrain a été acheté par la mairie, tandis que la construction, estimée à 5 milliards de francs, est entièrement financée par l’État.
Le lycée a une vue imprenable sur le Mont-Dore. Le terrain a été acheté par la mairie, tandis que la construction, estimée à 5 milliards de francs, est entièrement financée par l’État.

 

Développement durable

La visite a suivi le déroulé des bâtiments : le large parvis d’accueil où se situera le service de la vie scolaire, puis le réfectoire de 200 places, les salles de cours bénéficiant d’une ventilation traversante, le centre de documentation de 350 m2 très lumineux, les bâtiments administratifs et enfin, les logements de fonction. Au détour d’un atelier destiné aux formations professionnelles dans l’environnement, le proviseur du lycée, Gabriel Loaëc, rappelle : « Cet établissement est bien celui du développement durable, proche des préoccupations environnementales de la commune. » En témoignent également les 153 panneaux photovoltaïques qui se déploieront sur ses toitures. Un écran d’information indiquera aux élèves la quantité d’électricité produite, ainsi que celle consommée afin de les sensibiliser à la démarche de haute qualité environnementale dans laquelle leur établissement s’inscrit.

Le lycée a une vue imprenable sur le Mont-Dore. Le terrain a été acheté par la mairie, tandis que la construction, estimée à 5 milliards de francs, est entièrement financée par l’État.
Le lycée a une vue imprenable sur le Mont-Dore. Le terrain a été acheté par la mairie, tandis que la construction, estimée à 5 milliards de francs, est entièrement financée par l’État.

 

Lycée polyvalent

De retour au faré de la mairie du Mont-Dore, les visiteurs ont assisté à une présentation de la carte de formation du lycée qui propose des filières générales, technologiques et professionnelles. L’objectif est d’offrir aux élèves différentes voies possibles visant, au final, la réussite au baccalauréat et encourageant la poursuite des études. « Ce lycée est le fruit d’une volonté politique calédonienne pour la formation de sa jeunesse. C’est d’abord un établissement de proximité (…). Mais c’est aussi un lycée du pays, le seul à offrir des filières de l’environnement et du numérique afin de permettre aux élèves d’entrer dans cette nouvelle ère et d’être actifs plus tard, au travers de leur métier, sur la qualité de leur pays », souligne Hélène Iékawé. Le lycée du Mont-Dore sera également pourvu de formations initiales en agriculture ce qui n’était pas arrivé depuis 1992 en province Sud. En 2017, ses dix-sept premières classes permettront d’accueillir 372 élèves. Lorsque l’établissement tournera à plein régime, ils seront environ 800.

Le futur CDI entièrement vitré.
Le futur CDI entièrement vitré.

 

Formation à la carte

Filière générale et technologique :

– 2de générale et technologique

– 1re et terminale générale * L, ES, S option Sciences de la Vie et de la Terre ou Sciences de l’Ingénieur

–  1re et terminale technologique STI2D (sciences et technologies pour l’industrie et le développement durable)

Filière environnement :

– CAP Agent de propreté et d’hygiène

– CAP Propreté de l’environnement urbain, collecte et recyclage (nouveau sur le territoire)

– Bac pro Hygiène propreté stérilisation

– Bac pro Gestion des pollutions et protection de l’environnement

– BTS Métiers des services à l’environnement (nouveau sur le territoire)

Filière numérique :

– Bac pro Systèmes électroniques et numériques (nouveau sur le territoire)

– BTS Systèmes Numériques (nouveau sur le territoire)

Filière agricole :

– CAPA Jardinier paysagiste

– CAPA Métiers de l’agriculture

* Ouverture des classes de 1re en 2018

 

Ils l’ont dit…

« Avec ce lycée, les enfants n’auront plus à se lever à 5 heures du matin. Comme l’internat n’ouvrira qu’en 2018, nous veillerons aux conditions d’hébergement des élèves venant hors de la commune. » Sophie Piccinini, représentante de l’Union des groupements de parents d’élèves (UGPE)

«  L’ouverture de ce lycée est un véritable soulagement. Les demandes des parents d’élèves ont été prises en compte pour le bien-être des enfants du Mont-Dore. » Marguerite Iwa, représentante de la Fédération des associations de parents d’élèves (FAPEP-NC)

« Chacun d’entre nous, quel que soit son poste, doit contribuer à la réussite de cet établissement car c’est aussi la réussite de nos enfants qui demain, prendront les responsabilités. » Eric Gay, maire du Mont-Dore

« C’est une superbe opportunité pour les élèves du Mont-Dore. Nous avons tenu récemment une réunion d’information au collège. La salle était pleine : 120 personnes, parents et enfants, y ont assisté. » Jacques Thébault, principal du collège de Boulari

« L’implantation de ce lycée correspond à une véritable volonté d’aménagement du territoire en arrêtant de concentrer les pôles d’activité sur Nouméa et en les rapprochant du lieu où vivent les enfants. » Gil Brial, 2e vice-président de la province Sud.

« À la rentrée 2017, la Nouvelle-Calédonie présentera 27 BTS. Aucun territoire français de cette échelle n’aura une telle offre ! De même, toutes les séries technologiques seront installées sur le territoire. » Jean-Charles Ringard-Flament, vice-recteur de la Nouvelle-Calédonie.

« Le projet éducatif et la mobilisation générale de tous les acteurs de la communauté éducative doivent permettre à chaque enfant du pays d’avoir accès à la réussite éducative, c’est-à-dire à une place dans notre société. » Philippe Gomès, député de la Nouvelle-Calédonie.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur