Des règles assouplies pour les marchés publics

Pour permettre la mise en œuvre rapide du Pulse – plan d’urgence local de soutien à l’emploi –, plusieurs délibérations et arrêtés ont été adoptés cette semaine par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, dont un texte révisant les règles de la commande publique en faveur des entreprises du BTP.

 

Mesure n° 5 du Pulse, ce projet de délibération qui sera prochainement examiné au Congrès, permettra « d’assouplir les conditions et les modalités de versement des avances lors de la conclusion de marchés publics, et de réduire ensuite les délais de paiement », explique Philippe Dunoyer, porte-parole et membre du gouvernement.

Dans un premier temps, cette mesure entend réviser le régime réglementaire des marchés publics, jugé restrictif : « L’octroi d’avance doit être prévu dans le cahier des clauses administratives du marché, détaille le porte-parole du gouvernement. Il est aussi soumis à un cautionnement bancaire solidaire, qui représente un coût supplémentaire et un frein pour les petites et moyennes entreprises. »

Gagnant – gagnant

Grâce à cette mesure, les entreprises auront droit à une avance systématique de 25 % pour les marchés inférieurs à 100 millions de francs, sans obligation de cautionnement bancaire. Pour les marchés d’un montant supérieur ou égal à 100 millions de francs, le maître d’ouvrage pourra fixer librement le taux et les conditions de versement de l’avance. « Ce régime doit inciter un plus grand nombre d’entreprises à soumissionner aux marchés publics, et notamment les plus petites d’entre elles », souligne Philippe Dunoyer.

Le deuxième volet de cette délibération vise quant à lui à soutenir la trésorerie des entreprises en garantissant des délais de paiement plus rapides : de 36 jours au 31 mars 2017, puis de 30 jours au 1er janvier 2018. Cette « révolution dans le traitement des opérations » sera mise en place progressivement pour permettre aux collectivités de s’y préparer. À noter que l’encadrement des délais de paiement sera aussi favorable aux institutions qui pourront écouler leurs crédits plus rapidement et ainsi améliorer leur taux d’exécution budgétaire.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur