TGC et compétitivité : acte 2

Les partenaires sociaux se sont réunis au gouvernement jeudi 29 septembre pour étudier les modalités des contrats de compétitivité.

 

Reprise des discussions, hier au gouvernement, sur le thème de la compétitivité. Votées au congrès le 1er septembre dernier, les lois instituant la TGC (taxe générale à la consommation) et portant sur la concurrence, la compétitivité et les prix, doivent maintenant déboucher sur des contrats de compétitivité. L’objectif restant plus que jamais la baisse des prix, et donc la relance de la croissance.

 

Exécutif et partenaires sociaux se sont de nouveau assis autour de la table, jeudi 29 septembre, pour discuter des modalités des contrats de compétitivité. « La réforme du système économique que nous nous apprêtons à mettre en oeuvre apportera des changements fondamentaux et provoque des craintes normales », a commenté le président du gouvernement, Philippe Germain, à l’issue de cette réunion « apaisée, constructive et responsable. »

À l’ordre du jour de la rencontre : la reprise des travaux sur la compétitivité des filières et la compétitivité sociale. Des contrats de compétitivité, répartis par filière (logement, automobile, biens de grande consommation…) qui doivent être signés avant le 1er avril pour atteindre l’objectif d’une baisse des prix de 10 %. « On sait qu’on peut atteindre les 10 %, a confirmé le président. Ça se jouera sur les marges, mais aussi sur de multiples postes. Pour prendre l’exemple du secteur automobile, on parle du coût des voitures neuves, mais aussi des assurances, des pièces détachées, de l’entretien, du crédit… Si tout le monde fait des efforts, on peut y parvenir. » À la clé : des économies substantielles pour les Calédoniens, synonymes d’un meilleur pouvoir d’achat qui leur permettra dès lors de consommer davantage et autrement, pour relancer l’économie, la croissance, et développer l’emploi.

Un plan de formation TGC

Une convention sera signée le 24 octobre prochain entre le gouvernement et les chambres consulaires. Elle permettra la mise en œuvre d’un plan de formation des formateurs de ces structures, du 25 au 27 octobre. En première ligne face aux entreprises, ces formateurs seront ainsi prêts pour accompagner les entrepreneurs dans la mise en place de la TGC, dont la marche à blanc démarrera dans 15 mois.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur