Le Pulse présenté aux chefs d’entreprises

Philippe Germain et Philippe Michel ont présenté les mesures du Pulse aux chefs d’entreprises de la province Sud.
Philippe Germain et Philippe Michel ont présenté les mesures du Pulse aux chefs d’entreprises de la province Sud.

 

Les présidents du gouvernement et de la province Sud ont présenté les mesures du plan d’urgence local de soutien à l’emploi (Pulse) devant une centaine de personnes, au centre administratif de la province Sud, jeudi 20 octobre.

 

Entrepreneurs, organisations patronales, clusters, représentants des directions provinciales et de la Nouvelle-Calédonie, etc. Le public est venu nombreux assister à la présentation du Pulse, « un dispositif conjoint d’accompagnement des entreprises en difficulté et des salariés en perte d’emploi, adopté par la province Sud qui accueille à elle seule 80 % des entreprises calédoniennes », a déclaré son président, Philippe Michel, lors de son discours d’accueil. « L’objectif de cette rencontre, a-t-il poursuivi en s’adressant aux chefs d’entreprises présents dans la salle, est que ce plan soit connu et compris afin que vous puissiez en bénéficier au besoin, et en parler autour de vous. »

Perspectives d’avenir

Lancé par le gouvernement mi-septembre, le Pulse comprend des mesures propres à la Nouvelle-Calédonie et d’autres, qui sont engagées en commun avec les provinces, pour préserver et développer l’emploi. En préambule de sa présentation, le président Philippe Germain a souhaité « contextualiser la démarche », en rappelant notamment que la Nouvelle-Calédonie devait « passer d’un modèle de croissance extensive, à un modèle de croissance intensive et endogène. » Un changement de cap déjà engagé par la politique menée par le gouvernement au travers d’actions telles que la rigueur budgétaire, le soutien à l’investissement privé, le prolongement de la défiscalisation, le schéma pour la transition énergétique, la TGC, le Fonds nickel etc. « Le Pulse doit permettre aux entreprise de tenir en attendant que le ciel s’éclaircisse, a-t-il expliqué. Et il s’éclaircira au regard des grands chantiers à venir sous cinq ans. » Publics et privés confondus, 450 milliards de francs d’investissements ont en effet été identifiés (Néobus, fibre optique, barrages de Ouiné et de Pouembout, Carré Rolland, Hilton de Lifou, centrale C de la SLN, etc.).

Agir sur tous les plans

Dans une deuxième partie, les mesures du Pulse ont été présentées au public : la création du guichet d’accueil prioritaire pour l’emploi (GAPE) de la province Sud, dont les homologues en province Nord et des îles Loyauté sont attendus prochainement, les mesures du gouvernement (chômage partiel, aide au maintien de l’effectif salarié, formation, extension du prêt à taux zéro, évolution des règles de la commande publique…) et celles de la province Sud (aide au premier emploi et à la création d’emploi, aide à la création d’entreprise, accompagnement social…).

Des mesures jugées « positives » par les co-gérants d’une entreprise sous-traitante dans le secteur minier, présente dans l’assistance ce soir-là. « C’est de l’oxygène pour les chefs d’entreprise, poursuivent-ils. Nous avons déjà mis en place des mesures conservatoires internes pour faire face à la baisse de notre chiffre d’affaires et maintenir les emplois de nos neuf salariés, donc on espère pouvoir bénéficier de ces nouvelles aides. »

Un plan évolutif

Un point de vue partagé par un autre entrepreneur spécialisé dans le recyclage : « Ces mesures semblent prendre en compte nos difficultés, reconnaît-il. Il est normal que le BTP et la sous-traitance du nickel soient davantage soutenus, mais tous les domaines d’activité souffrent et voudraient maintenir leurs emplois. L’étalement des dettes ou le chômage partiel sont de bonnes mesures, mais il faudrait aussi alléger la pression sur les normes, la conformité, etc. pour rendre encore plus fluide la liberté d’entreprendre ! »

« Comme son nom l’indique, il s’agit d’un plan d’urgence, a conclu le président de la province Sud. Il devra donc être évalué, corrigé, adapté en fonction de la réalité du terrain. C’est pourquoi nous invitons les entreprises à venir à notre rencontre pour nous faire part de leur situation, de leurs attentes et peut-être de leurs idées. »

Pour en savoir plus, contactez le GAPE : tél. 20 36 36, gape@province-sud.nc, http://www.gape.province-sud.nc/. Ses bureaux, situés à Ducos Le Centre, sont ouverts du lundi au jeudi, de 8 heures à 17 heures, et le vendredi, de 8 heures à 16 heures.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur