La Calédonie « revisitée »

Philippe Michel (président de la province Sud), Pierre Dubreuil (directeur général délégué du MNHN), Pascale Joannot (déléguée outre-mer au MNHN), Philippe Germain (président du gouvernement) et Victor Tutugoro (vice-président de la province Nord).
Philippe Michel (président de la province Sud), Pierre Dubreuil (directeur général délégué du MNHN), Pascale Joannot (déléguée outre-mer au MNHN), Philippe Germain (président du gouvernement) et Victor Tutugoro (vice-président de la province Nord).

 

Un accord de coopération entre les institutions calédoniennes et le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) a été signé ce week-end à la Maison de la Nouvelle-Calédonie. Objectif : officialiser le programme d’exploration de la nature du MNHN « La planète Revisitée », qui se déclinera en Nouvelle-Calédonie pendant deux ans.

 

Après le Vanuatu, le Mozambique, la Guyane, etc., la Nouvelle-Calédonie accueille ce projet scientifique mené par le MNHN et Pro-Natura International. Lancée il y a quelques mois avec la mission Kanacono sur les milieux sous-marins profonds, La Planète revisitée s’intéressera aussi aux espaces côtiers, terrestres et lacustres de la Nouvelle-Calédonie au travers de plusieurs missions à venir. Elles doivent permettre de dresser un inventaire de la biodiversité calédonienne « négligée » et, peut-être, de découvrir des espèces inconnues.

Samedi 5 novembre, à la Maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris, une convention encadrant ce programme d’expéditions a été signée par Philippe Germain, président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Philippe Michel, président de la province Sud, Victor Tutugoro, vice-président de la province Nord et Pierre Dubreuil, directeur général délégué du MNHN. De nombreux élus étaient également présents, dont le député Philippe Gomès et le président du Congrès de la Nouvelle-Calédonie, Thierry Santa.

« L’écologie au service du développement économique »

« Cet accord de coopération est une satisfaction, a déclaré le président Germain, car il s’inscrit totalement dans notre politique économique qui vise la diversification en s’appuyant, notamment, sur la valorisation de la biodiversité calédonienne. Je pense que nous pouvons ainsi placer l’écologie et la protection de l’environnement au service du développement économique. » Les connaissances acquises grâce à La Planète revisitée permettront aussi de « donner de la visibilité à la Nouvelle-Calédonie, surtout auprès des pays qui partagent les frontières de notre Parc naturel de la mer de Corail », a-t-il souligné.

Financé pour partie par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie à hauteur de 30 millions de francs, le programme se décline en six expéditions complémentaires qui se dérouleront d’ici à novembre 2017.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur