Les actions du projet éducatif votées au Congrès

 

La mise en œuvre de la politique éducative calédonienne s’appliquera en 2017.
La mise en œuvre de la politique éducative calédonienne s’appliquera en 2017.

 

Les élus du Congrès ont adopté le 1er décembre la charte d’application des orientations de politique éducative de la Nouvelle-Calédonie. Les premières actions seront effectives dès la rentrée 2017.

 

Avec cette délibération, le projet éducatif calédonien, adopté lui-même en janvier, entre pleinement « dans sa phase de mise en œuvre et de concrétisation », rappelle Hélène Iékawé, membre du gouvernement en charge de l’enseignement.

Au cœur de ce texte crucial pour l’avenir de l’école calédonienne : un plan de 120 actions qui ont été définies et planifiées de 2017 à 2019 pour atteindre notamment les quatre ambitions fixées par le projet éducatif. À savoir : développer l’identité de l’école calédonienne, considérer la diversité des publics pour une école de la réussite pour tous, ancrer l’école dans son environnement pour un climat scolaire au service de l’épanouissement de l’élève et ouvrir l’école sur la région Océanie et sur le monde.

Actions prioritaires

Parmi les actions prévues en 2017, on peut citer l’ouverture en février d’une section internationale franco-australienne dans deux collèges, tandis qu’un enseignement des fondamentaux de la culture kanak sera proposé aux classes de 6e, de 2nde, et en première année de CAP, à raison d’une heure par quinzaine. Dans le cadre d’un plan de lutte contre le harcèlement et le cyber-harcèlement, les enseignants seront formés pour pouvoir prévenir, repérer et gérer ces situations qui nuisent à la scolarité des élèves. Un parcours civique sera mis en place du primaire au lycée pour s’approprier les valeurs de l’école calédonienne, des règles, le respect de l’autre et des biens communs.

La correction locale du bac – inscrite dans le plan d’actions, mais qui fera l’objet d’une délibération spécifique – permettra aux élèves et aux enseignants de gagner à terme sept mois de cours sur l’ensemble de la scolarité, de la 6e à la terminale. 2017 verra aussi la poursuite des expérimentations en vue de l’adaptation de la réforme du collège au contexte calédonien pour l’année suivante (deuxième langue vivante et accompagnement personnalisé dès la 5e, enseignements pratiques interdisciplinaire, etc.). Celle-ci s’accompagnera d’une grande vague de formation des enseignants.

Les partenaires

Une section de la charte d’application est consacrée aux engagements des communes et des provinces. Un certain nombre d’entre elles ont déjà répondu à l’appel en établissant un état des lieux de leurs problématiques et de leurs projets, en lien avec les actions proposées. L’objectif est que les collectivités s’approprient à leur tour le projet éducatif à l’échelle locale. Le travail de présentation de la charte d’application – qui a déjà concerné les trois provinces et seize communes – sera poursuivi dans ce but.

Hélène Iékawé a présenté la charte d’application du projet éducatif aux institutions calédoniennes. Ici, au Sénat coutumier.
Hélène Iékawé a présenté la charte d’application du projet éducatif aux institutions calédoniennes. Ici, au Sénat coutumier.

 

Le soutien de l’État

La charte d’application comporte également le protocole d’accord qui a été signé le 26 octobre par la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem. Cet accompagnement de l’État pour la mise en œuvre de la politique éducative calédonienne se traduit notamment par la mise à disposition de 75 postes supplémentaires et de moyens financiers importants.

 

Visite de Najat Vallaut-Belkacem au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie (© Marc Le Chélard).
Visite de Najat Vallaud-Belkacem au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie (© Marc Le Chélard).

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur