La formation à la TGC bat son plein

 

Chaque atelier de la TGC rassemble entre 20 et 30 participants.

 

Lancés le 15 décembre dernier, les ateliers de la TGC de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) remportent un franc succès auprès des entreprises. Ces formations gratuites de quatre heures, financées par une subvention du gouvernement de 30 millions de francs, font partie du dispositif d’accompagnement mis en place par la CCI.

 

Fin 2016, en moins d’un mois, les ateliers de la TGC de la CCI avaient déjà touché 120 professionnels. Les sessions programmées initialement en février et en mars affichent complet à Nouméa et quatre dates supplémentaires ont été ajoutées, tandis que les rendez-vous à Bourail, Koné et Poindimié sont déjà bien remplis. Gratuites, ces formations dispensées à la demi-journée s’adressent en priorité aux chefs d’entreprises, mais intéressent aussi le personnel commercial, administratif et de comptabilité. « Près de 98 % de nos ressortissants sont des entreprises de moins de dix salariés. Elles sont les moins bien préparées pour organiser ce changement. Le succès de ces ateliers montre l’intérêt, mais aussi les inquiétudes, que le passage à la TGC suscite, rappelle Charles Roger, directeur général adjoint de la CCI. Cette phase d’accompagnement est indispensable pour que la réforme atteigne ses objectifs ». À savoir, la maîtrise des prix à la consommation et le maintien de la compétitivité de la production locale, tout cela à rendement fiscal constant.      

Premières réponses

Ce jeudi 26 janvier, ils sont 26 stagiaires réunis dans une salle du centre de formation professionnelle de la CCI à Nouméa. Aux commandes, Kevin Bramoullé, l’un des deux conseillers TGC recrutés spécialement par la Chambre pour assurer les formations. En quatre heures, sa mission est de clarifier les grands principes de la nouvelle taxe qui doit se superposer à la fiscalité actuelle avec des taux marginaux à partir du 1er avril 2017, avant de s’appliquer de manière définitive après le 1er juillet 2018. S’appuyant sur un support de formation remis aux stagiaires, qui a été conçu par la CCI et supervisé par la direction des Services fiscaux (DSF), le formateur égrène les chapitres : les opérations imposables, le droit à déduction, la notion d’assujetti… L’atelier, qui se veut avant tout pratique, est ponctué d’exercices pour valider l’acquisition des diverses notions à partir d’exemples concrets. Vanessa, comptable dans une société de travaux publics, est satisfaite. « L’atelier répond à mes premières interrogations sur les opérations exonérées, la déductibilité de la taxe, quand il faut la déclarer… Je ferai remonter ces informations dans mon entreprise, notamment au service de la facturation. » La jeune femme n’en restera pas là. « Je compte suivre ensuite des formations plus techniques. »

Sensibiliser et se préparer

Après la courte pause où les échanges se poursuivent en petit comité avec le formateur, les stagiaires sont invités à simuler la déclaration de TGC du mois de janvier de la société Alim-NC. Les réponses fusent dans les rangs, le mécanisme commence à imprégner les esprits. Benoît, chef d’entreprise dans le BTP, est confiant : «  Au départ, pendant la période d’adaptation, c’est sûr que cela représentera une surcharge de travail. Il s’agit de comprendre comment la taxe fonctionne, mais je suis bien entouré. Ma comptable participe aussi à la formation ». Frédéric, dirigeant d’une entreprise dans le secteur industriel, partage cet avis : « L’anticipation, c’est de se former. Notre rôle en tant que chefs d’entreprise est de faire passer le message à nos sous-traitants. »

D’ici à la fin de l’année, la Chambre de commerce et d’industrie a prévu plus de 130 ateliers comme celui-ci, à Nouméa et dans ses antennes. Dans la perspective de sensibiliser le plus grand nombre de professionnels, l’établissement public s’engage également dans une démarche proactive. « La CCI va contacter près de 6 000 de ses ressortissants, en particulier des patrons de TPE (très petites entreprises, ndlr), pour leur rappeler le calendrier de la réforme, le dispositif d’accompagnement et le planning des déplacements, afin qu’ils trouvent la formation la plus proche de chez eux », détaille Charles Roger. Cette campagne d’appels doit débuter ces jours-ci.

Kevin Bramoullé, conseiller TGC et formateur.
Un support sur la TGC d’une cinquantaine de pages est remis aux stagiaires.
Charles Roger, directeur général adjoint de la CCI.

L’accompagnement des entreprises, c’est aussi…

Le dispositif de la CCI prévoit différents niveaux d’aide. Ainsi, la chambre consulaire met à disposition de ses ressortissants des documents pédagogiques et pratiques sur la TGC, via le magazine CCI Info, la newsletter @ctu’entreprises envoyée à plus de 14 000 contacts, les sites Internet www.cci.nc et nc-eco.nc, l’envoi d’e-mails et de courriers.

Après les ateliers de la TGC – des formations gratuites et généralistes dites de niveau 1 –, la CCI a lancé des sessions de niveau 2 intitulées « la gestion de la TGC ». Destinée au personnel administratif des entreprises, ainsi qu’aux professionnels chargés de la comptabilité, cette formation de huit heures, payante, a pour objectif l’appropriation technique de la taxe dans la gestion quotidienne de l’entreprise.

Pour un conseil personnalisé, une permanence téléphonique dédiée à la TGC est également opérationnelle. Tél. : 24 40 74 ou 24 23 85, email : conseil@cci.nc. Ces entretiens peuvent déboucher sur un rendez-vous avec un conseiller.

Pour plus de amples renseignements : http://www.cci.nc/la-cci-vous-accompagne

Rendez-vous de l’économie spécifiques

Après deux conférences d’introduction à la TGC qui peuvent être visionnées sur le site de la CCI (rubrique TGC, Mode d’emploi), les prochains rendez-vous de l’économie seront consacrés à des thématiques plus spécifiques en lien avec la nouvelle taxe : les activités de commerce et la production locale le 28 février, et le régime spécial de l’immobilier le 7 mars. Le principal intervenant sera Lionel Bauvalet, chargé de mission TGC à la direction des Services fiscaux.

Les conférences se tiendront à 18 h à l’auditorium de la CCI à Nouméa.

Information et inscriptions : com@cci.nc

À suivre : le dispositif d’accompagnement mis en place par l’Institut de formation à l’administration publique (Ifap)

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur