Un regard neuf pour la journée de la femme

En 2016, la 11e édition de la Journée internationale de la femme s’est tenue à Ouvéa.

 

Le gouvernement relaie la Journée internationale de la femme, célébrée le 8 mars, à Poindimié. Le fil rouge de cet événement sera un « regard nouveau pour l’émancipation des femmes ». Un grand marché des femmes du pays, des ateliers thématiques, des visites de projets, des stands d’information et un bilan des actions menées par le secteur de la condition féminine seront proposés.

 

Le thème retenu cette année en Nouvelle-Calédonie propose de porter un autre regard sur les femmes, leur place dans la société et leur implication dans son développement. « Le pays ne pourra pas atteindre ses objectifs de progrès et de paix sociale sans les femmes. Ce regard nouveau signifie apporter des changements en profondeur dans les relations hommes-femmes, mais aussi sur les questions d’égalité et d’équité », insiste Rolande Trolue, collaboratrice de Déwé Gorodey en charge du secteur de la condition féminine. Plusieurs centaines de personnes sont attendues des trois provinces, dès le mardi 7 mars et le mercredi 8 mars, au stade de Tiéti, à Poindimié. De très nombreuses femmes, mais aussi des hommes « car il est nécessaire de partager nos idées et de discuter ensemble des actions à mettre en place. L’action conjuguée des hommes et des femmes fera évoluer les mentalités », ajoute-t-elle.

Expression

Le public sera d’ailleurs largement invité à donner son avis. « Des paniers seront mis à disposition pour faire circuler des messages écrits par les visiteurs. Il y aura aussi un tableau d’expression. Tous ces points de vue, fournis sous l’angle d’un regard nouveau, nous seront très utiles pour affiner nos politiques publiques ». Par ailleurs, sept ateliers sont programmés dont certains permettront de prolonger la réflexion entamée à Ouvéa en 2016 sur la prise de décision, la santé, le genre ou encore la fonction parentale et communautaire.

Pour la première fois, des collégiens et des lycéens de Poindimié, Touho, Houaïlou, participeront à un atelier de la Journée internationale de la femme. Le débat portera sur l’égalité filles-garçons à l’école, une thématique inscrite dans le projet éducatif calédonien, sur laquelle les élèves apporteront leur regard nouveau, celui de la jeunesse.

Donner des perspectives

À l’occasion de cette manifestation, le secteur de la condition féminine du gouvernement dressera un bilan des actions menées en 2016 et donnera des perspectives pour 2017 dans le cadre des priorités de sa politique publique. Seront ainsi abordés les droits des femmes, l’égalité hommes-femmes, le leadership et la prise de décision, l’économie solidaire et les violences à l’égard des femmes. « Le Haut conseil pour l’élimination des violences à l’égard des femmes sera présenté. Son rôle est de conseiller, d’apporter des éclairages, mais aussi de faire des recommandations au secteur de la condition féminine et d’aider à proposer des projets de lois. L’association FEES (Femmes entraide économique et solidaire) exposera, quant à elle, son bilan d’activité », détaille Rolande Trolue. D’autres institutions et le Conseil des femmes feront de même.

Les réflexions menées au cours de ces deux journées aboutiront à des recommandations pour des actions concrètes à déployer au niveau de la famille, des associations, du travail, de l’école, des loisirs pour faire avancer les droits des femmes et leur émancipation.

Rolande Trolue et Astrid Gopoea du secteur de la condition féminine du gouvernement et Kathleen Souenon, chargée de mission à l’observatoire de la condition féminine.

 

Deuxième étape du Festival des Arts du Pays

Après son lancement le 21 février à Lifou, le Festival des Arts du Pays (FAP) s’arrêtera à Poindimié le 8 mars. En prévision du 6e Festival des Arts mélanésiens aux Îles Salomon, en 2018, des femmes seront sélectionnées dans les arts suivants : vannerie, art floral, confection de tissus traditionnels, art culinaire et couture. Ces disciplines sont en lien avec des ateliers thématiques de la Journée internationale de la femme, mais aussi avec certains enjeux de la politique publique de la condition féminine, notamment en ce qui concerne l’émancipation et l’autonomisation des femmes.

Les productions des femmes à l’honneur

Comme chaque année, un grand marché animé par des femmes est organisé avec de l’artisanat, des recettes culinaires, de la couture et des produits locaux. Ce rendez-vous permettra aux femmes d’échanger leurs savoir-faire, de valoriser la diversité culturelle de leurs productions et pour certaines d’entre elles, de faire le bilan d’actions entreprises dans le cadre du réseau d’économie solidaire mis en place en 2015 au niveau de tout le pays par l’association FEES.

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur