Les classes prépas font leur rentrée

 

Les élèves des classes préparatoires ont assisté à une réunion d’information organisée par l’APE Prépa-NC, dans l’auditorium de la province Sud.

 

348 étudiants ont fait leur rentrée cette année dans les classes préparatoires des lycées Jules-Garnier, Lapérouse et du Grand Nouméa. Pour les accompagner dans ce parcours difficile, l’association des parents d’élèves Prépa-NC (APE Prépa-NC) organisait, lundi 6 mars, une réunion d’information, en présence du membre du gouvernement, Philippe Dunoyer.

 

« S’engager dans cette voix est un choix d’exigence pour lequel je vous félicite, a déclaré Philippe Dunoyer. Vous êtes un modèle pour la jeunesse et votre nombre croissant témoigne de la qualité de l’enseignement en Nouvelle-Calédonie. »

Porte d’entrée des grandes écoles, les classes préparatoires sont en effet une voie d’excellence ardue. Et semée d’embûches. « Les prépas sont un marathon pour les élèves, mais aussi pour leurs professeurs et leurs parents, explique Florence Dhie qui préside l’unique association de parents d’élèves du supérieur sur l’ensemble du territoire français, l’APE Prépa-NC. Notre rôle est de les accompagner aux plans logistique (transports, hébergements, etc.), informatif (inscriptions aux concours, demandes de bourses, formalités du passeport mobilité, etc.) ou simplement pour des conseils (budget à prévoir, etc.). »

L’effectif d’élèves inscrits en classes préparatoires en Nouvelle-Calédonie a triplé aux cours des dix dernières années.

 

Un marathon, puis un tour de France

Après plus de deux années de travail acharné dans les matières scientifiques pour les classes préparatoires du lycée Jules-Garnier, commerciales ou économiques pour celles du lycée du Grand Nouméa et littéraires au lycée Lapérouse, les étudiants entament les épreuves des concours. Écrites, d’abord, et qui se tiennent en Nouvelle-Calédonie simultanément aux épreuves nationales, c’est-à-dire de nuit. Orales, ensuite et qui peuvent prendre l’allure d’un véritable tour de France. Quelques mois après, la publication des admissions décide de l’avenir de ces jeunes adultes, souvent propulsés dans des villes qu’ils ne connaissent pas.

De nombreuses interrogations

Bloc-notes et stylo en main, les étudiants et leurs familles sont venus nombreux assister à la réunion de l’association. Comme Aurélie, 19 ans, en deuxième année de classe prépa littéraire au lycée Lapérouse : « J’espère des conseils sur l’organisation du départ en métropole pour les oraux, explique-t-elle. J’ai beaucoup de questions en tête : peut-on acheter des billets d’avion groupés ? Bénéficier d’une bourse ? Sous quels critères et pour quel montant ? » Des inquiétudes partagées par sa maman, présente à ses côtés : « J’ai déjà entendu parler de l’APE Prépa-NC et je vais y adhérer, confie-t-elle. Je pense que nous aurons besoin d’être épaulées pour organiser ce périple… »

L’an dernier, l’APE Prépa-NC a apporté ses précieux conseils et son expertise à 77 étudiants sur les 102 inscrits aux concours des grandes écoles. Soutenue par des mécènes, les provinces, le vice-rectorat  et la Maison de la Nouvelle-Calédonie, elle bénéficie aussi d’une subvention annuelle du gouvernement que l’association reverse au mois d’août, en intégralité et à parts égales, aux étudiants lauréats des concours. En 2016, cette subvention d’un montant de 4 millions de francs a permis à 78 étudiants, de recevoir chacun un chèque d’un peu plus de 50 000 francs.

Aurélie, 19 ans, en deuxième année de classe prépa littéraire au lycée Lapérouse, et sa mère.

 

Thomas et Lenny, 19 ans, en 1ère année de prépa économique : « Les concours de 3e année sont encore loin pour nous, mais nous commençons à nous renseigner sur les aides possibles et l’accompagnement proposé par l’APE Prépa-NC. »

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur