Le gouvernement vient en aide aux sinistrés

À l’issue du point-presse hebdomadaire du gouvernement, son porte-parole, Philippe Dunoyer, a présenté les mesures d’aides du gouvernement au profit des établissements totalement détruits par le feu les 9 et 12 mars.

 

 

Après les incendies qui ont ravagé le local du Secours catholique, puis ceux des entreprises Cellocal et Sofaplast, le gouvernement se mobilise pour apporter son soutien à ces structures et à leurs bénévoles ou salariés, privés de leur outil de travail.

Propriété de la Nouvelle-Calédonie, le dock qui accueillait  le Secours catholique, à deux pas de la cathédrale Saint-Joseph de Nouméa, est parti en fumée le 9 mars. « Afin de permettre à l’association de poursuivre ses activités, et notamment de recevoir des familles dans le besoin, le gouvernement a recherché de nouveaux locaux, a expliqué Philippe Dunoyer, porte-parole du gouvernement. Un espace de 50 m2 a été identifié, dans un immeuble de la rue Galliéni, près de l’OPT. » Après une visite des lieux par le président du Secours catholique prévue dans les prochains jours, l’association pourra emménager dans les plus brefs délais. « Elle y sera accueillie sous le mêmes termes que précédemment, a-t-il souligné. C’est-à-dire dans le cadre d’une mise à disposition gratuite, avec un bail d’une durée d’un an renouvelable. »

Prendre les mesures adaptées

Concernant le second incendie qui a détruit les locaux et les entrepôts des entreprises Cellocal et Sofaplast le 12 mars, le président du gouvernement a, par le biais d’un communiqué, exprimé « sa solidarité avec les salariés qui se trouvent ainsi touchés dans leur travail » et adressé « un message de soutien aux dirigeants ».

Afin d’accompagner la remise en service de ces unités de production, le gouvernement a pris contact avec le directeur du groupe pour faire le point et examiner les mesures à prendre dans le cadre de cette situation exceptionnelle afin d’éviter que les salariés ne soient pénalisés.

« La mise en place du dispositif de chômage partiel a été envisagée, a indiqué Philippe Dunoyer, mais une solution de replacement des salariés dans les activités du groupe, en attendant une reconstruction des installations, a été choisie. »

Le gouvernement a également proposé d’accorder une dérogation pour l’importation des marchandises constituant le stock de ces entreprises, qui font l’objet aujourd’hui de mesures de protection de marché. « Cette intervention viserait principalement à maintenir l’activité de ces deux outils de production importants, jusqu’à leur reconstruction », a conclu le porte-parole.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur