Apprentis calédoniens, serez-vous les meilleurs de France ?

Philippe Germain a reçu Nicolas Danis (au premier plan, à droite) et Raphaël Quilici (au second plan, à droite) de la délégation Nouvelle-Calédonie de l’association des Meilleurs ouvriers de France.

 

Depuis la création en 2013 d’une délégation locale de l’association des Meilleurs ouvriers de France, quelques Calédoniens ont participé à ce prestigieux concours réservé aux plus de 23 ans. Afin de ne plus laisser les jeunes en reste, une épreuve locale pourrait voir le jour avec l’aide du gouvernement, pour leur permettre de se frotter à « ce qui se fait de mieux » en tentant leur chance au concours « Un des Meilleurs apprentis de France ».

Lundi 20 mars, le président du gouvernement a reçu Nicolas Danis et Raphaël Quilici, respectivement président et secrétaire de la délégation Nouvelle-Calédonie de l’association des Meilleurs ouvriers de France. Le premier est également Meilleur ouvrier de France (MOF) 2011 dans une discipline liée à la construction ; et le second, Meilleur apprenti de France (MAF) national 2002 dans la catégorie « dessert de restaurant ».

Cet entretien portait sur la création d’un tremplin qui permettrait d’offrir aux Calédoniens de moins de 21 ans en formation initiale (CAP, BEP, Bac pro, BTS), la possibilité de participer au prestigieux concours du MAF (voir encadré). « L’idée serait de présélectionner les éléments susceptibles de participer à ce concours très exigeant, explique Raphaël Quilici, puis d’organiser une épreuve officielle locale qualifiante, telle qu’elle existe dans le déroulé du concours en Métropole à l’échelon du « département« . Cette étape permettrait ensuite aux meilleurs de se qualifier pour le concours régional Outre-mer – l’équivalent de l’échelon « région«  métropolitain – qui donne accès, pour ses finalistes, à l’échelon national. »

Tremplin vers l’excellence

Concourir pour un titre si honorifique pourrait être « un challenge très motivant et une nouvelle voie d’émancipation pour les apprentis du pays, souligne Nicolas Danis. Dans un premier temps, nous pensons développer cet accès au concours du MAF pour le secteur des métiers de bouche (cuisine froide, pâtisserie, restauration). » Un choix lié « aux installations dont dispose cette discipline, à la sensibilité des maîtres d’apprentissage et des professionnels pour le concours, et au nombre important d’apprentis en formation dans ce domaine : un vivier de potentiels à explorer. »

Corrélés au tourisme, les métiers de bouche représentent aussi une voie importante de développement de la diversification économique pour la Nouvelle-Calédonie. Et une raison supplémentaire, pour le gouvernement, d’appuyer et d’accompagner le développement de ce projet. « Il faudra certainement du temps pour qu’il se concrétise, termine le MOF, de nombreuses questions, notamment sur le plan logistique, sont encore en suspens, mais l’adhésion de partenaires institutionnels tels que le gouvernement est déjà un grand pas en avant pour nous. »

Le concours MOF

Depuis 1924, le concours « Un des Meilleurs ouvriers de France » valorise les artisans de plus de 23 ans ayant choisi la voie de l’excellence et de l’innovation dans leur métier, en décernant aux meilleurs d’entre eux le titre de Meilleur Ouvrier de France (diplôme de niveau 2). Cette récompense est une reconnaissance de la profession et un levier de promotion du savoir-faire français dans l’artisanat, l’industrie ou les métiers du luxe.

Ce concours exigeant se compose d’une étape de présélections avant la finale nationale. Il récompense une promotion tous les trois ans dans près de 200 métiers des secteurs du bâtiment, de la restauration, des accessoires de mode, du bois et de l’ameublement, etc. Il est organisé par la société nationale des Meilleurs Ouvriers de France, association de loi 1901, composée des titulaires du concours.

Sept Calédoniens ont participé à la session 2013-2015 du concours. Le nombre d’inscrits à la session 2016-2018 sera connu le 31 mai prochain.

Le concours MAF

Créé en 1985, le concours « Un des Meilleurs apprentis de France » s’adresse aux jeunes âgés de moins de 21 ans en formation initiale (CAP, BEP, Bac Pro, BTS) dans un établissement public ou privé sous statut scolaire ou sous contrat d’apprentissage. Il décerne aux meilleurs d’entre eux, dans plus de 90 métiers, le titre de Meilleur Apprenti de France : un titre scolaire technique non diplômant, mais un véritable passeport pour un emploi hautement qualifié.

Ce concours est organisé par la société nationale des Meilleurs Ouvriers de France, sous l’égide du ministère du Travail et de la formation professionnelle et du dialogue social. Par cet outil qui fait appel à la solidarité intergénérationnelle, les MOF accompagnent les jeunes et assurent la transmission de savoir-faire exceptionnels et la promotion du travail manuel.

Le concours annuel se compose de trois sélections successives :

  • un concours départemental à l’issue duquel les jurys professionnels attribuent des médailles d’or, d’argent et de bronze ;
  • un concours régional, réservé aux médaillés du précédent concours et à l’issue duquel les jurys professionnels attribuent des médailles d’or et d’argent ;
  • un concours national, réservé aux médaillés d’or, à l’issue duquel les jurys professionnels attribuent les titres de MAF.

Le Sénat honore tous les ans les lauréats nationaux au cours d’une cérémonie officielle qui réunit le président de l’institution, des MOF bénévoles et des personnalités du monde politique et économique.

 

Le titre national « Un des Meilleurs apprentis de France » est certifiant et donne accès au statut de conseiller technique.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur