Renforcer le partenariat avec l’Europe dans le Pacifique

Le directeur général de la DEVCO de l’Union européenne, Stefano Manservisi, et le président du gouvernement, Philippe Germain.

 

Une délégation européenne menée par Stefano Manservisi, directeur général de la Coopération internationale et du développement de la Commission européenne (DG DEVCO) a été reçue le 3 avril au gouvernement. L’aide financière de l’Europe et sa présence dans le Pacifique ont été au cœur des échanges.

 

La Nouvelle-Calédonie était l’ultime étape du déplacement de la délégation européenne dans le Pacifique qui l’a conduit en Australie, en Nouvelle-Zélande, à Fidji et au Vanuatu. « Notre message est de rappeler que l’Union européenne est bien présente dans la région. Tous instruments financiers confondus, les montants de son aide avoisinent le milliard d’euros (120 milliards de francs, ndlr) ce qui témoigne de notre intérêt. Mais il est nécessaire d’avoir une vision stratégique et que les pays et territoires européens du Pacifique soient aussi des partenaires qui représentent ces intérêts », souligne Stefano Manservisi.

Emploi et changement climatique

Premier objectif de ces rencontres, la finalisation des discussions sur l’aide de l’Union européenne dans la région dont l’un des instruments financiers essentiels est le Fonds européen de développement (FED). Pour la période 2017-2020, dans le cadre du 11e FED territorial, la Nouvelle-Calédonie va bénéficier d’une enveloppe de 3,6 milliards de francs qu’elle va consacrer à la mise en œuvre de la stratégie « Emploi et insertion professionnelle », élaborée par le gouvernement, conjointement avec les collectivités compétentes, les organisations syndicales et patronales et la société civile. « Nous sommes dans une forme de continuité. Les 9e et 10e FED portaient essentiellement sur la formation professionnelle. La volonté est désormais d’aller jusqu’au bout avec l’obligation d’insérer dans le monde du travail les personnes auxquelles nous aurons apporté les qualifications nécessaires », détaille le président du gouvernement. La convention de financement du 11e FED sera signée cette semaine prochaine à Bruxelles par le vice-président du gouvernement Jean-Louis d’Anglebermes. La première tranche du programme, qui se monte à 700 millions de francs, pourra être ensuite versée.

Par ailleurs, pour la même période, les pays et territoires de l’Outre-mer (PTOM) du Pacifique vont mener un projet de développement durable pour faire face au changement climatique, financé par le 11e FED régional à hauteur de 4,3 milliards de francs. La signature du document de programmation est attendue pour le dernier trimestre 2017.

Équilibre

Au-delà des instruments financiers de l’Union européenne, le directeur général de la DEVCO souhaite que ce soutien « s’accompagne, de plus en plus, d’un dialogue sur des objectifs communs. » À côté des deux autres grandes puissances que sont l’Australie et la Chine, la présence de l’Union européenne dans le Pacifique, est selon Philippe Germain, « fondamentale pour les équilibres ». L’Europe, « avec les valeurs qu’elle porte de paix, d’humanité et de respect des questions environnementales » doit participer « au développement harmonieux de notre région », a conclu le président.

La délégation européenne au complet.

 

Écrire l’avenir

Autre sujet largement abordé à l’occasion de la venue de la délégation européenne, « l’après Cotonou », du nom de l’accord de coopération qui lie l’UE et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Signé en 2000 au Bénin, il doit expirer en 2020. « Nous devons envisager l’avenir, a lancé Stefano Manservisi. Il s’agit de renforcer le partenariat avec les îles du Pacifique, et en particulier avec la Nouvelle-Calédonie, pour imaginer et dessiner ensemble la présence européenne dans le Pacifique ». En juillet 2017, à l’occasion du 70e anniversaire de la Communauté du Pacifique (CPS), les autorités européennes seront également présentes en Nouvelle-Calédonie. « Nous sommes à un moment important pour écrire l’avenir », a ajouté Philippe Germain.

Rencontre avec les représentants des PTOM

Dans le cadre du 11e FED régional, dont la Nouvelle-Calédonie est l’ordonnateur, un atelier s’est tenu les 29, 30 et 31 mars à Nouméa, réunissant décideurs politiques et agents techniques des pays et territoires d’Outre-mer (PTOM) du Pacifique, en présence d’experts régionaux, afin de préciser les actions du programme ainsi que ses modalités de mise en œuvre. À l’occasion de sa visite, la synthèse des travaux a été présentée à Stefano Manservisi  par les représentants des PTOM, le 3 avril au gouvernement.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur