Relancer les échanges avec Wallis-et-Futuna

Après un entretien d’un peu plus d’une heure, le président de l’assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna, David Vergé, et le président Germain ont échangé des cadeaux.

 

Philippe Germain a reçu le nouveau président de l’assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna, David Vergé, le mercredi 10 mai. Une première rencontre sous le signe de l’amitié et du rapprochement.

 

Un mois après son élection à la tête de l’assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna, David Vergé a souhaité rencontrer les autorités calédoniennes au premier rang desquelles le président du gouvernement. Parmi les principaux sujets abordés, l’accord particulier qui lie les deux territoires français du Pacifique et l’État depuis 2003. « Il faut relancer cet accord de coopération et construire quelque chose de plus ambitieux à l’image de ce que nous avons signé  avec d’autres pays du Pacifique comme la Nouvelle-Zélande, le Vanuatu… », a souligné Philippe Germain. Les deux hommes ont évoqué les domaines pour lesquels les relations peuvent s’étendre comme le commerce, les énergies renouvelables, l’éducation, le sport, la santé, dans un principe d’échanges « gagnant-gagnant » au bénéfice du développement des deux territoires.

Intégration régionale

Depuis deux ans, la Nouvelle-Calédonie s’est clairement engagée dans une politique d’intégration régionale. Un chemin que souhaite suivre Wallis-et-Futuna en créant notamment « une commission dédiée au sein de l’assemblée territoriale », a indiqué David Vergé. Le président du gouvernement a encouragé cette volonté qui permettrait aux territoires français du Pacifique de mieux faire valoir leurs intérêts communs, par exemple dans le cadre de la politique régionale de l’Union européenne.

David Vergé était accompagné de représentants de l’assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur