Les enseignants se forment à la culture kanak

Weniko Ihage, directeur de l’ALK, Hélène Iékawé, membre du gouvernement en charge de l’enseignement et Yolande Verlaguet, directrice de l’enseignement de la Nouvelle-Calédonie.

 

Les enseignants des écoles primaires publiques de Nouméa étaient rassemblés, en ce mercredi pédagogique du 13 septembre, pour une formation sur l’enseignement des éléments fondamentaux de la culture kanak. Un dispositif qui s’inscrit dans le projet éducatif calédonien.

 

Après les enseignants de la 6e circonscription (Païta à Bourail, incluant Thio), la direction de l’enseignement de la Nouvelle-Calédonie (Denc) a convié les instituteurs et les professeurs des écoles de Nouméa à plancher sur la transmission, dans leurs classes, d’éléments de culture kanak. « Cet enseignement correspond à deux ambitions du projet éducatif de la Nouvelle-Calédonie qui visent à construire l’identité calédonienne de notre école par la transmission de valeurs, d’une culture et d’un patrimoine communs, mais aussi à ouvrir l’école sur le monde, ce qui n’est pas incompatible avec la valorisation des particularités de notre territoire », a rappelé Hélène Iékawé, membre du gouvernement en charge de l’enseignement.

Ressources pédagogiques

Au programme de cette matinée bien remplie, une présentation théorique menée par le directeur du centre culturel Tjibaou, Emmanuel Tjibaou et le directeur de l’Académie des langues kanak, Weniko Ihage. S’en est suivie une partie plus pratique qui s’appuyait notamment sur un guide pédagogique, fruit d’un travail collaboratif piloté par la Denc et le Vice-rectorat. Ce document s’articule autour de six grandes thématiques : la case, le clan, l’igname, la parole, la personne, la terre et l’espace.  Il a été complété par des ressources pédagogiques (fiches de connaissance, suggestion d’activités, exploitation de documents, etc.) destinées à proposer des éléments concrets pour la mise en œuvre de cet apprentissage. Celles-ci sont disponibles sur le site de la Denc.

« C’est une discipline nouvelle que tous les enseignants de la Nouvelle-Calédonie doivent progressivement être en mesure d’enseigner !, rappelle la directrice de la Denc, Yolande Verlaguet. Ils ont beaucoup de questionnements et nous sommes là pour leur apporter les outils dont ils ont besoin ».

À suivre…

La session s’est terminée par un temps d’échanges avec les participants qui ont été  invités à venir enrichir ces ressources de leurs pratiques et de leur expérience sur le terrain. La même journée, une animation pédagogique similaire a été organisée pour les 1ère et 5e circonscriptions, à Dumbéa et à Voh. « D’ici à la fin de l’année, tous les enseignants auront suivi cette formation qui n’en est qu’à ses débuts et qui se poursuivra l’année prochaine sous une autre forme », a annoncé la directrice de l’enseignement.

Un enseignement obligatoire

L’instauration d’un enseignement obligatoire des éléments fondamentaux de la culture kanak fait partie des actions inscrites pour 2017 dans la charte d’application de la délibération n° 106 du 15 janvier 2016 relative à l’avenir de l’école calédonienne. En pratique, il doit être dispensé à raison d’une heure toutes les deux semaines, de la maternelle au lycée, avec une mise en œuvre progressive dans les écoles et les établissements du second degré.

Un moment important

Une coutume de bonjour a été faite par Jean Ajapuhnya, enseignant à l’école Les Œillets (Rivière-Salée), au nom de l’inspecteur de la circonscription. « C’est un moment important pour notre école. Nous, enseignants, nous avons aussi besoin de remplir nos paniers pour pouvoir transmettre ces connaissances sur la culture kanak et construire ensemble cette école. Nous allons parler de la culture kanak, mais l’objectif est de pouvoir l’ouvrir vers les autres cultures pour représenter toutes les ethnies du pays », a déclaré maître Jean.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur