L’Inde de choc !

Photo de famille avant le grand départ pour le sous-continent indien.

 

La sélection des moins de 17 ans (U-17) s’est envolée ce week-end pour l’Inde où, du 6 au 28 octobre, elle disputera la Coupe du monde. Une grande première dans l’histoire du football calédonien. Avant le grand départ, le président du gouvernement est allé encourager les jeunes Cagous.

 

Ils sont 21 gamins à rêver de succéder au Nigéria, quintuple vainqueur de la Coupe du monde des U-17 et champions en titre, en 2015 au Chili. Pour que le rêve prenne forme, il faudra d’abord passer le premier tour qui les opposera au Honduras, au Japon et surtout à la France, et se qualifier ainsi pour les huitièmes de finale où ils pourraient tomber sur un os nommé Brésil, Espagne, Angleterre, Chili ou Mexique !

Samedi matin, au centre technique d’entraînement de Païta, juste avant le décollage pour Singapour puis l’Inde, le président du gouvernement a tenu à venir à leur rencontre, à les féliciter pour la qualification, et les encourager pour l’aventure indienne. Une participation tout simplement historique, puisque pour la première fois une sélection calédonienne de football va disputer une compétition organisée par la fédération internationale (FIFA).

Basés dans l’Assam et à Calcutta

En présence de Pierre Forest, directeur de la Jeunesse et des sports de la Nouvelle-Calédonie, et de Dominique Wacalie, le sélectionneur des U-17, Philippe Germain a symboliquement remis un second jeu de maillots, celui de couleur grise, à Kiam Wanesse, le capitaine de l’équipe. Quant à Steeve Laigle, le président de la fédération calédonienne de football, il a expliqué aux Cagous qu’il avait trois choses à leur demander : « Soyez fiers d’être Calédoniens, chantez l’hymne avec la main sur le cœur et qualifiez-vous pour les huitièmes de finale. Comme ça je pourrai vous rejoindre ! ».

Les Calédoniens joueront deux de leurs matches de groupe à l’Indira Gandhi Athletic Stadium de Guwahati, ville de l’État de l’Assam, au nord-est de l’Inde, et le troisième au Vivekananda Yuba Bjarati Krirangan Stadium de Calcutta, dans le Bengale occidental (est du pays). Au total, 52 matches seront disputés pour désigner le vainqueur de « Inde 2017 ». Coup d’envoi le 6 octobre à New Delhi avec l’affiche Inde-États-Unis.

Le président du gouvernement Philippe Germain remet symboliquement le second jeu de maillots, le gris, au capitaine de la sélection Kiam Wanesse.

 

En direct sur NC 1ère

– Dimanche 8/10 à 22 h 30 : Nouvelle-Calédonie-France (à Guwahati)

– Jeudi 12/10 à 01 h 30 : Nouvelle-Calédonie-Honduras (à Guwahati)

– Samedi 14/10 à 22 h 30 : Nouvelle-Calédonie-Japon (à Calcutta)

Le programme

– Groupe A : Inde, États-Unis, Colombie, Ghana

– Groupe B : Paraguay, Mali, Nouvelle-Zélande, Turquie

– Groupe C : Iran, Guinée, Allemagne, Costa Rica

– Groupe D : Corée du Nord, Niger, Brésil, Espagne

– Groupe E : Honduras, Japon, Nouvelle-Calédonie, France

– Groupe F : Irak, Mexique, Chili, Angleterre

– Premier tour du 6 au 14/10

– 1/8  de finale du 16 au 18/10 : avec les 2 premiers de chacun des 6 groupes et les 4 meilleurs troisièmes.

– ¼ de finale les 21 et 22/10

– ½ finale le 25

– Finale le 28/10 à Calcutta

Une première historique

La Nouvelle-Calédonie a participé à la première édition du championnat U-17 de l’OFC (Confédération océanienne de football) en 1983, qui était encore un tournoi U-16. Elle a atteint la finale en 2003, mais n’était pas encore éligible pour participer à la Coupe du monde. La Nouvelle-Calédonie a rejoint la FIFA en 2004. « Inde 2017 » est le premier tournoi de la fédération internationale auquel elle participe, en compagnie de la sélection néo-zélandaise, autre représentant de l’OFC. Invaincus lors des éliminatoires, les jeunes Cagous ont assuré leur qualification en demi-finale face aux Îles Salomon (3-2), à l’issue d’un parcours difficile : victoire sur la plus petite des marges contre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et le Vanuatu, match nul face à Tahiti, où se déroulait le tournoi. Avant de sombrer (0-7) contre la Nouvelle-Zélande en finale.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur