Des moyens d’aide d’urgence en route pour le Vanuatu

 

Un avion CASA a décollé de la base aérienne 186 Paul Klein le 4 octobre pour acheminer l’aide vers le Vanuatu.

 

Un avion CASA a quitté la Nouvelle-Calédonie aujourd’hui en direction du Vanuatu avec, à son bord, des moyens d’aide d’urgence humains et matériels. Ils seront déployés sur les îles voisines de celle d’Ambae, dont les 11 000 habitants sont en cours d’évacuation en raison d’une importante activité volcanique.

Dans le cadre de l’accord FRANZ – qui lie depuis 1992 la France, l’Australie et la Nouvelle-Zélande pour les opérations de secours dans la région –, l’État, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et les provinces ont engagé une aide d’urgence en faveur du Vanuatu, sous la menace d’une irruption volcanique depuis plusieurs jours.

Grâce au soutien des Forces armées de Nouvelle-Calédonie (FANC), un avion CASA a ainsi décollé le 4 octobre avec à son bord douze militaires, une tonne de matériel de la Croix-Rouge (480 moustiquaires, 750 jerricans, 460 nattes) et une mission de reconnaissance et d’évaluation de la direction de la Sécurité civile et de la gestion des risques de la Nouvelle-Calédonie (DSCGR). « Cette équipe comprend un sous-officier, un chef de détachement, un interprète, un médecin et un infirmier, détaille le directeur de la DSCGR, Éric Backès. Son rôle sera d’apprécier les besoins afin d’adapter au mieux les interventions ».

Une seconde rotation en fin de semaine

Après un premier passage à Port-Vila, les équipes et le matériel seront projetés sur les îles de Pentecôte et de Santo. Le CASA sera ensuite mis à disposition pour des manœuvres entre ces îles, avant d’effectuer une seconde rotation entre le Vanuatu et la Nouvelle-Calédonie en fin de semaine.

« En parallèle, conformément à la demande du Premier ministre de la République du Vanuatu Charlot Salwaï, et en complément des photos et images satellite qui seront prises par les FANC, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie financera des opérations de surveillance satellitaire réalisées par une société calédonienne, a précisé le vice-président du gouvernement, Jean-Louis d’Anglebermes, venu saluer l’équipe sur le tarmac peu avant son décollage. Ces opérations apporteront de précieux indicateurs pour l’aide à la prise de décision quant au retour des populations évacuées et déplacées sur les îles voisines de Santo, Pentecôte et Maevo ». La surveillance satellitaire fournira notamment des images haute résolution, des données sur les panaches de cendre, sur les émissions de dioxyde de soufre ainsi que sur l’évolution morphologique de l’île d’Ambae.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur