Australie et Calédonie en affaires

Une soixantaine de personnes ont participé le 22 novembre au 13e forum des affaires Australie-Nouvelle-Calédonie.

 

Le président du gouvernement a participé à l’ouverture du 13e forum des affaires Australie-Nouvelle-Calédonie. Cette rencontre entre représentants du monde économique et institutions vise à promouvoir les relations commerciales entre les deux pays et notamment l’export des entreprises calédoniennes.

 

Organisé depuis 2004 par l’Australian Pacific Islands Business Council (APIBC)*, le forum des affaires Australie-Nouvelle-Calédonie se tient alternativement à Nouméa et à Brisbane. La précédente édition s’est déroulée en marge de la mission de diplomatie économique conduite par le président du gouvernement Philippe Germain en Australie en octobre 2016.

Il s’agit du troisième forum des affaires Australie-Nouvelle-Calédonie auquel Philippe Germain assiste depuis son élection à la présidence du gouvernement en 2015.

Explorer les opportunités de développement

Ce mercredi, dans la capitale calédonienne, le rendez-vous a de nouveau attiré plus d’une soixantaine de participants, acteurs économiques, représentants des institutions et d’organisations socio-professionnelles. Paul Wilson, le consul général d’Australie en Nouvelle-Calédonie, a salué la présence d’une délégation australienne du secteur agricole qui, la veille, a visité des exploitations et échangé avec des producteurs calédoniens.

Au programme du forum, plusieurs séquences vont permettre d’explorer les opportunités de renforcer les relations commerciales et économiques entre les deux pays dans le domaine des énergies renouvelables, du numérique, de l’économie bleue, du tourisme…

Philippe Germain a ouvert le forum aux côtés de Paul Wilson, consul général d’Australie et Denis Etournaud, vice-président de l’APIBC.

Pistes de réflexion

Philippe Germain, rompu aux défis du développement international pour une entreprise, a rappelé, en ouverture du forum, que les échanges sont déjà très développés entre l’Australie et la Nouvelle-Calédonie, mais beaucoup plus en faveur de la première que de la seconde. Afin d’améliorer l’équilibre des relations, le président du gouvernement a livré quelques pistes de réflexion pour les travaux de cette journée : tout mettre en œuvre pour « faire connaître la Nouvelle-Calédonie et ses entreprises en Australie », privilégier « ce qui est favorable aux exportations calédoniennes d’un point de vue fiscal et réglementaire », favoriser « la conclusion de joint-ventures (coentreprises, ndlr) » et étudier « des mécanismes compensatoires comme la promotion de la destination touristique calédonienne ou l’accès à de meilleures conditions tarifaires pour ses étudiants en Australie ».  

Vers un plan de coopération avec l’Australie

Après les accords conclus avec la Nouvelle-Zélande et le Vanuatu, Philippe Germain a évoqué au forum le plan conjoint de coopération que le gouvernement est en train de définir avec les autorités australiennes. Ces travaux ont été engagés à la suite de la rencontre en octobre 2016 entre le président du gouvernement et Julie Bishop, ministre des Affaires étrangères. « Ce plan doit d’abord nous permettre de formaliser et de renforcer notre collaboration dans les domaines où   nous coopérons déjà beaucoup (éducation, enseignement supérieur, recherche et innovation, environnement, santé, etc.). Il doit ensuite, sur la base d’un meilleur dialogue institutionnel, offrir à nos acteurs économiques respectifs de meilleures conditions dans leurs échanges commerciaux », a insisté Philippe Germain. Ce plan devrait aboutir en 2018.

* L’APIBC est une association créée en 2000 afin de développer les relations d’affaires entre l’Australie et les pays et territoires du Pacifique.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur