Aucune incidence sur le prix à la pompe !

 

Les élus du Congrès ont adopté ce vendredi 1er juin une délibération portant sur le taux de la taxe pour la transition énergétique (TTE) de la Nouvelle-Calédonie. D’un montant de 2,80 F sur le litre de gazole, la TTE permettra de financer en partie la construction de la future centrale électrique au gaz naturel de Doniambo. Une décision qui n’aura aucune conséquence pour le consommateur.

Cette taxe pour la transition énergétique (TTE) – anciennement taxe sur les énergies renouvelables (TER) –, qui portait jusque-là uniquement sur l’essence (0,60 F/litre), sera étendue au gazole à raison de 2,80 F/litre. Elle alimentera l’Agence calédonienne de l’énergie (ACE), laquelle pourra ainsi concourir à hauteur de 6 milliards de francs au projet de la nouvelle centrale au gaz et entrera au capital de Nouvelle-Calédonie Énergie (NCE) pour en devenir son actionnaire majoritaire à hauteur de 51 %. Les retombées de la TTE – qui sera également appliquée à la SLN, laquelle en était exonérée jusque-là – laissent espérer des recettes annuelles d’environ 600 millions de francs.

La TTE sera appliquée en deux temps : + 1 F le 1er juillet 2018, puis + 1,80 F le 1er octobre suivant.

Mais cette taxe sera indolore pour l’automobiliste, puisque d’ici au 1er octobre 2018 le prix du litre de gazole aura diminué du même montant de 2,80 F.

– D’ores et déjà, la variable de péréquation1 a été réduite d’1 F ce mardi 29 mai par arrêté du gouvernement, une mesure à effet immédiat puisqu’elle est entrée en vigueur dès ce vendredi 1er juin.

– D’autre part, le 1er octobre 2018, un montant d’1,80 F sera prélevé sur la commission d’intermédiation (marge des intermédiaires).

Donc une augmentation de 2,80 F d’un côté et une baisse de 2,80 F de l’autre. L’opération demeurera par conséquent neutre pour le portefeuille du consommateur.

Au-delà du financement des études et d’une partie de la construction de la centrale à gaz dont la mise en service est prévue en 2022, la TTE répond à un objectif sanitaire et environnemental, le gazole générant une pollution depuis longtemps avérée. La future centrale “pays” au gaz naturel liquéfié (GNL), appelé « combustible de la transition énergétique », qui remplacera l’actuelle centrale fonctionnant depuis 1972 au fioul lourd, permettra de réduire les émissions2, de rendre la SLN plus compétitive, de diminuer le prix de revient du kilowattheure, mais aussi de développer une nouvelle filière énergétique.

 

1 Système qui permet de garantir un prix à la pompe identique sur toute la Nouvelle-Calédonie malgré des coûts d’acheminement des produits variables en fonction de la taille des marchés des pétroliers.

2 Annulation totale des émissions de SO2, division par 14 de celles d’oxyde d’azote et de poussières, baisse de 54 % des émissions de CO2.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur